Tous les articles de :
  • Alexandre Agnès
  • Au plaisir de mettre la table !
    Alexandre Agnès

    Motiver les enfants en centre de loisirs ou en colo à s’impliquer dans les tâches ménagères, le rangement et l’entretien du matériel n’est pas toujours chose aisée.


    Lire le sommaire et commander le n° 102 des cahiers de l’animation

    Peu de personnes prennent un plaisir fou à faire la vaisselle ou sortir les poubelles, action pourtant indispensable à toute vie en collectivité.
    Plusieurs possibilités s’offrent alors à l’équipe d’animation pour mettre en place les conditions d’une appropriation des efforts à faire pour maintenir un environnement hygiénique et sécurisant pour le groupe. La première méthode, sans aucun doute la plus simple, consiste à motiver les enfants à coup de pression extérieure : menace, carotte ou récompense peuvent en prendre la forme. Si tu ne mets pas la table, tu ne joueras
    pas après le repas. Si tu mets la table, tu pourras reprendre du dessert.
    La tâche est en effet réalisée mais sans aucun apprentissage. Lorsque la menace ou
    la récompense prend fin, l’enfant cesse son comportement, car il n’a effectué la tâche que par peur de la punition ou pour gagner quelque chose. Aucune responsabilisation en vue, l’effet d’une telle pression extérieure produira chez l’enfant par la suite un comportement défiant :
    – Si je n’ai pas double ration de dessert, je ne mettrai pas la table !

    La deuxième méthode, consiste à motiver les enfants par une pression externe intériorisée. Cette pression a été assimilée par ce qu’il a pu voir des réactions
    de l’équipe d’animation lors des précédents temps de repas – Si je ne mets pas la table, les adultes vont être déçus. La pression vient de l’extérieur, mais elle a une forme interne. L’enfant ne voit alors l’intérêt de mettre la table que vis-à-vis de l’extérieur pour éviter la réaction négative des adultes.
    Aucune responsabilisation en vue ici non plus. L’effet d’une telle pression amène l’enfant à se conformer aux injonctions extérieures et à accepter petit à petit
    ce type de pression dans lequel la société de consommation est experte : culpabilisation pour inciter les personnes à faire un régime, à avoir le dernier téléphone à la mode…

    L’APPROCHE POSITIVE
    La troisième méthode, celle qui prend le plus de temps, consiste à faire comprendre les effets positifs d’un tel comportement pour soi et pour l’intérêt collectif. Cette méthode nécessite deux ingrédients très importants : un environnement social apaisant et de « belles contraintes » émancipatrices permettant la mise en activité sans que cela ne soit vécu comme un travail normé sous contrôle permanent :
    – Si je mets la table, alors nous mangerons plus vite et il y aura une bonne ambiance.
    – Si je mets la table, alors je participe et je fais des efforts comme tout le monde.

    C’EST PLUS LONG
    MAIS ÇA VAUT LE COUP
    Ce comportement aura tendance à perdurer dans le temps, car la motivation est
    personnelle. Les adultes n’auront plus besoin d’insister pour que l’enfant mette la table. On commence ainsi à entrevoir chez l’enfant des éléments d’autonomisation et de responsabilisation mais pas de recette miracle en vue. Cela nécessite de vivre des temps de repas puis de discuter avec les enfants sur ce qu’est l’intérêt collectif, cela nécessite également d’organiser la vie collective par des tableaux de tâches pour
    que chacun.e ne soit pas lésé.e, de répartir et de faire tourner les rôles. Si quelques un.e.s prendront par la suite un très grand plaisir à s’adonner aux arts de la table, pour la plupart, mettre la table restera, même si la nécessité de participer est intégrée, une tâche ingrate et triste de notre réalité.
    Mais c’est sans compter les apports de la gamification, principe qui consiste à s’inspirer des mécaniques du jeu vidéo pour les transférer à un domaine qui ne l’est pas.
    Comment rendre ludique le fait de mettre la table ? Comment combattre la morosité des adultes en retrouvant le plaisir du jeu des enfants ? Peut-on vraiment être un espion en sortant les poubelles ? Peut-on être un mage expert en réalisation de tartine de confiture ?


    28/05/2018




    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE 2018
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN