||février 1998
L’éducation à l’environnement

Publication épuisée

Les 6-7 juin 1997 s’est tenu à l’INJEP de Marly-le-Roi, un colloque national sur l’éducation à l’environnement, organisé par le Comité Planet’ERE France (FEN, FSU, SGEN CFDT, CEMEA, Ligue de l’Enseignement, Réseau école et Nature). Dans l’optique de la préparation du Forum Francophone Planet’ERE (Montréal novembre 1997), ce colloque a permis de dialoguer avec les représentants des ministères concernés, d’échanger sur des expériences de terrain et sur les facteurs de réussite et de développement de l’éducation à l’environnement (on peut se procurer les Actes au 48, rue la Bruyère, 75009 Paris).
À l’issue de ces journées, un bilan de la situation française a été rédigé, ainsi qu’un déclaration commune des organisateurs. Celle-ci porte principalement sur l’éducation à l’Environnement à l’école. Cette initiative, originale par le partenariat mis en œuvre, ouvre des perspectives intéressantes pour le développement de l’EE en France et appelle à des suites, définies à Montréal, comme des Assises Nationales de l’EE en 1999.
Déclaration commune sur l’éducation à l’environnement

“ La prise de conscience de la complexité, de la fragilité et de l’acuité des relations de l’homme avec son milieu exigent une éducation...” déclarait l’Unesco dès 1977. Cette éducation à l’environnement doit permettre d’acquérir les valeurs, les connaissances, les attitudes, indispensables pour pouvoir agir individuellement et collectivement, en tant que citoyen planétaire, acteur et responsable de son environnement.

Les enjeux environnementaux dépassent la seule protection de la nature, pour rejoindre des enjeux économiques et sociaux. Ils font ainsi de l’éducation à l’environnement, dans la perspective d’un développement durable, une composante indispensable à une véritable éducation à la citoyenneté, comme l’a rappelé la conférence de Rio de 1992.

Une ouverture progressive

En France, cette nécessité fait lentement son chemin. L’école qui doit en être le lieu central en complémentarité avec les activités périscolaires et de loisirs éducatifs, s’ouvre progressivement à l’éducation à l’environnement.

Les PAE environnement, certaines opérations inter-ministérielles comme les “1000 Défis pour ma Planète”, des classes de découverte, des actions lancées ou soutenues par les collectivités locales, le secteur associatif ou des entreprises, des thèmes concernant l’environnement introduits dans les programmes (notamment en sciences et vie de la terre), ont eu le mérite de sortir l’éducation à l’environnement de l’ombre.
Mais force est de constater que, malgré des protocoles d’accord inter-ministériels renouvelés, des priorités affirmées, l’éducation à l’environnement reste marginale et marginalisée. Même les classes de découverte, rebaptisées pour la circonstance classes d’environnement, régressent en nombre et en durée, alors qu’elles étaient un acquis important et original au premier degré. Quant au secondaire, la mise en œuvre des recommandations du Conseil national des programmes en 1992, s’avère limitée. Les modestes transformations de programmes, établies sans lien prévu entre les diverses disciplines, ne peuvent faire oublier ce qui n’a pas été suivi d’effets dans ces mêmes recommandations.

Une nécessité reconnue internationnalement

Après des initiatives, des expériences qui ont foisonné et constitué un vaste potentiel de savoirs faire pédagogiques, les conditions de sa réussite sont pour l’essentiel analysées, connues et partagées.

Depuis des années, textes officiels, travaux de chercheurs ou spécialistes, propositions des syndicats de personnels d’éducation et des mouvements associatifs convergent vers ce que l’on sait être les véritables conditions de la réussite de l’éducation à l’environnement :
- Apprendre, à partir de situations concrètes, dans des projets d’action qui peuvent articuler acquisitions de valeurs, de connaissances, et de méthodes pour faciliter l’approche de la complexité, l’exercice de l’esprit critique, la transformation des attitudes. Ceci en évitant tout catastrophisme, moralisme, ou simple transmission de bons gestes.
- L’affirmation d’une dimension transversale de l’enseignement, l’éducation à l’environnement ne pouvant ni appartenir à une seule discipline, ni devenir elle même une nouvelle discipline. - Un véritable travail d’équipe, bâti autour d’un projet (du projet d’école ou d’établissement fédérateur, au projet d’activités).
- Un projet de co-éducation s’appuyant sur des partenariats extérieurs à l’école qui contribuent à ouvrir celle-ci sur la cité. Cette ouverture doit s’effectuer dans la clarté des rôles respectifs et dans le respect du pluralisme et de la laïcité.
- Une exigence de continuité tout au long de la scolarité pour aborder, en cohérence avec les réalités du développement des enfants et leurs possibilités, les différentes faces complémentaires de la globalité de l’environnement (milieux naturels, milieux urbains, éco-citoyenneté, développement).
- Une formation des personnels éducatifs à l’éducation à l’environnement qui prenne en compte sa spécificité.
Ne relevant d’aucune discipline, n’ayant ni cadre obligatoire, ni espace temps défini, l’éducation à l’environnement ne peut rester seulement l’affaire d’enseignants volontaires. Cette situation n’est plus acceptable, il faut aujourd’hui une volonté forte de faire exister l’éducation à l’environnement, dans sa dimension pédagogique originale. Cela nécessite de réels choix : démultiplier les actions, les reconnaître institutionnellement et leur accorder des moyens conséquents.

Un droit pour tous

Pour que l’éducation à l’environnement soit un droit pour tous, à l’école et autour de l’école, nous demandons que deviennent obligatoires :
Une dimension éducation à l’environnement dans l’ensemble des programmes des matières concernées, soigneusement articulée aux spécificités de celles-ci dans une logique d’allégement des programmes revisités avec les priorités de la formation du citoyen de l’an 2000, selon des modalités telles que :
- un séjour classe de découverte de l’environnement (de deux semaines minimum) au premier degré assorti d’aides de l’état et des collectivités locales,
- des activités d’initiation à l’environnement au même titre que les activités sportives ou culturelles,
- un projet annuel d’activités, interdisciplinaire, permettant des actions locales type PAE,
- “1000 Défis”, ou stages de terrain, bénéficiant d’une dotation horaire et de budgets spécifiques, au collège et au lycée,
- la promotion de chartes d’action favorisant la prise en compte de l’environnement dans la vie quotidienne de la communauté scolaire.

Une formation à l’éducation à l’environnement dans la formation initiale en IUFM pour tous les enseignants et dans la formation continue, en s’appuyant en particulier sur des stages d’écoles, de secteur ou d’établissement. Dans ces formations, devrait être inclus un temps commun entre enseignants, associations et entreprises.

Un observatoire national

Pour accompagner ces mesures sur le terrain, nous demandons la création, d’un observatoire national de l’éducation à l’environnement chargé de l’évaluation des actions et des politiques, d’une cellule nationale et de cellules régionales chargées d’animer et de coordonner les actions, de postes de conseillers pédagogiques départementaux éducation à l’environnement et de postes de professeurs ressources en éducation à l’environnement dans le secondaire.

Un soutien réel devra être apporté aux mouvements associatifs (associations complémentaires de l’école publique, réseaux nationaux et régionaux d’éducation à l’environnement), partenaires qui devraient être étroitement associés aux formations.

Jean-Louis Colombiès, Chargé de mission national EE-Ceméa



Tous les articles de :
  • Jean-Louis Colombiès

  • 31/01/1998
    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE 2018
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN