14/10/2008
La précarité juvenile en région Provence-Alpes-côte d’Azur Etat de la question


Fin 2005, le DROS a engagé une démarche visant à produire un état des connaissances sur les processus de précarisation affectant les jeunes en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les différents points abordés dans le cadre de ce travail confié au bureau d’études AMEDIS ont été synthétisés dans ce cahier du DROS.

Entre l’enfance et l’âge adulte, la jeunesse constitue un moment de fragilité impliquant une transition existentielle qui n’est pas sans risque pour certaines catégories de jeunes. Face à la panne de l’ascenseur social, il apparaît que si les jeunes sont plus affectés par la précarité que l’ensemble de la population, il n’en demeure pas moins que la population des jeunes reste très hétérogène et traversée par de fortes inégalités.Les facteurs de la précarisation juvénile sont très variés et jouent à des degrés divers sur les processus d’autonomisation, en fonction des trajectoires personnelles des jeunes et des contextes socio-économiques dans lesquels ils évoluent.En rapprochant des données dans différents domaines, cette étude vise à construire un cadre de compréhension des aspects de la précarité juvénile en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pour ce faire, le tour d’horizon synthétique qui est proposé aborde les principales thématiques relatives aux soubassements de la socialisation juvénile contemporaine. Au regard de la forte vulnérabilité des jeunes face au marché de l’emploi, il est fait une place importante à cette question, qui reste surdéterminante dans la plupart des processus étudiés. De même, les obstacles à l’autonomie résidentielle y occupent une place majeure, tant l’accès à un logement autonome apparaît bien comme la traduction concrète d’une résolution positive des problèmes d’insertion juvénile.D’autres aspects viennent s’y articuler, soit qu’ils touchent aux « fondamentaux » de la socialisation et fragilisent très tôt et souvent pour longtemps les trajectoires des jeunes (comme la non-maîtrise des savoirs de base, l’érosion du capital santé…), soit qu’ils constituent des facteurs aggravants (comme le déficit de mobilité, les discriminations…).Enfin certains publics, plus proches de l’exclusion (jeunes errants, mineurs étrangers isolés, certains jeunes saisonniers…), font l’objet d’une attention particulière en ce qu’ils prennent à contre-pied les dispositifs d’action sociale ou les modes d’intervention historiques du travail social. Les processus de précarisation dont il est question ici expriment donc des cumuls de handicaps, qui se superposent et, rapidement, se multiplient et interagissent. Ce travail d’identification et d’analyse permet au final d’avancer quelques pistes de réflexion pour l’élaboration de politiques publiques pour la jeunesse.

Le TEXTE




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles