13/01/2009
Maréchal, nous revoilà ? André Falcucci


Etait-il bien judicieux d’organiser une réunion européenne sur l’immigration à Vichy ? Des naïfs pensaient peut-être qu’il s’agissait de réhabiliter une malheureuse cité maltraitée par l’Histoire et que le gouvernement de la « Patrie des Droits de l’Homme » voulait indiquer ainsi qu’il fallait regarder résolument vers l’avenir d’une Europe ouverte, démocratique, solidaire, loin des rêves d’exclusion et de supériorité d’un autre temps… Peu de jours après, le réseau « Éducation sans Frontières » nous informait d’un évènement survenu a Grenoble : la police contraint un père de famille à extraire en pleine journée ses enfants d’une école, enferme la famille dans un centre de rétention et met dès le lendemain tout le monde dans un avion… Cet événement intervient, nous le savons, après de nombreux autres et constitue un nouveau cran dans l’escalade des interventions intrusives dans l’école que des démocrates attardés continuent de rêver comme un sanctuaire humaniste.

Vichy donc, référence implicite à une politique d’exclusion des étrangers dont les droits les plus élémentaires sont niés en France. Après une série de suicides de mineurs en prison, dans les conditions d’incarcération indignes que tout le monde connaît, se met en scène la fin du sabotage de la loi de 45 sur la protection des mineurs et on va jusqu’à imaginer de mettre en prison des enfants de 12 ans… Là, c’est avant Vichy qu’on veut nous ramener. A quand la ré-instauration des bagnes d’enfants ? Ajoutons l’épisode de ces jeunes gens accusés de « terrorisme » et enfermés sur la base de soupçons qui se dégonflent au fil des semaines et qui révèlent une nouvelle entreprise de « bourrage de crâne » qui ne se donne même plus la peine de la vraisemblance… L’usage fort bien orchestré de la métaphorisation du mot terrorisme qui ne s’appuie même plus sur des faits mais sur une intentionnalité de faire ,sert désormais à toutes les sauces du fichage et de la répression de toute velléité contestataire.

Les « bavures » concernant des jeunes sont devenues banales… « Sur le terrain », il est toujours possible d’invoquer la tension, l’ordre public menacé même si dans bien des cas, il y a tout de même des plages d’ombre et si certains récits sèment le doute dans les esprits… Est-il permis de penser que ceux qui ont la charge de garder la paix, que les « gens d’armes » sont investis d’une puissance qui implique que leur comportement ne peut être en miroir avec celui de ceux qu’ils sont censés contrôler. Ceux qui vivent et agissent dans les quartiers populaires dits « difficiles » savent depuis longtemps à quoi s’en tenir et peuvent à l’envie multiplier les exemples de violences, de brutalités rien moins que « républicaines »… Enfin, est-ce qu’il est encore sérieux de parler de « dérapage » lorsqu’en plus de tout cela, on se met à faire des descentes dans des établissements scolaires avec des méthodes qui rappellent d’autres temps ou d’autres lieux par la forme, le souci de terroriser, d’humilier sans égards à l’âge et à la qualité des personnes, mais bien dans l’objectif de montrer ses muscles et d’impressionner une population dans son ensemble sous prétexte, en l’occurrence, de prévention ( !) et de lutte contre la drogue ?

J’ai toujours éprouvé une gêne face aux abus de langage et à la sobriété des analyses qui conduisaient à dénoncer le « fascisme » à tout propos. Il est toutefois peut-être temps d’ouvrir nos yeux : une certaine droite refoulée à la Libération, frustrée par la victoire du Conseil National de la Résistance, contrainte au silence si ce n’est à l’inaction, est aujourd’hui complètement désinhibée… Nous ne sommes plus face à des débordements, à des manques de maîtrise mais bien à des actions concertées, pensées, rationnelles d’une partie de l’appareil d’Etat qui considère une partie de la population comme un danger et un ennemi qu’il s’agit d’exclure et d’impressionner. Il s’agit pour elle de liquider définitivement une certaine idée de la République et de la société, de réaliser en France et en Europe, une « révolution conservatrice » qui touche à tous les domaines de nos vies quotidiennes et singulièrement à nos libertés individuelles et publiques et dont la jeunesse est une fois de plus la première victime (1). Jeunes, tenez vous à carreau ! Une fois de plus, qu’on ne taxe pas d’angélisme ceux qui s’insurgent face à ces dérives. Il ne s’agit pas d’exonérer tous les jeunes de toute responsabilité, de tracer un signe égal entre jeunesse et innocence. Mais, par exemple, dans le drame de cette tour qui a pris feu suite à un incendie de boite aux lettres, est-ce que les responsables du fait qu’un immeuble prenne feu dans ces conditions ne sont pas au moins aussi condamnables que les adolescentes qui ont mis le feu ? Il s’agit de tenir compte de la réalité de la vie d’une partie essentielle de notre corps social à qui on ne donne plus comme horizon que le désespoir, la rage ou le « chacun pour soi ». On ne construit pas une société sur ces bases là. C’est finalement peut-être une bonne idée de faire lire la lettre de Guy Moquet dans les établissements scolaires…

(1) Pour de plus amples informations, voir Loîc Waquant…




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles