30 juillet 2009
Introduction du dossier "Cheminer vers l’autisme" de VST n° 102
 Ajouter au panier

L’autisme occupe une place déterminante dans l’organisation sanitaire, et
singulièrement dans le domaine de la santé mentale. La situation des patients
autistes soulève de nombreuses questions, en particulier quant à l’étiologie de
cette modalité si particulière de souffrance psychique, au mode de soins, et à
l’inadéquation entre les besoins et l’offre de lieux d’hébergement.

À propos des lieux d’accueil, les associations
de parents ou d’usagers et la Commission
nationale d’éthique, parmi
d’autres, dénoncent le sort fait aux
autistes, parfois contraints d’être hospitalisés
à temps plein et pour des durées très
longues, souvent dans des conditions
indignes, alors que leur état nécessite
certes des soins appropriés, mais certainement
pas l’hospitalisation à temps plein.
Les psychiatres du service public ont fait
figure d’accusés à propos de ce véritable
internement arbitraire. Cette accusation
est injuste. Loin d’accepter la situation de
ces patients-là, les psychiatres de service
public souhaitent assez largement leur
permettre de sortir de l’hôpital psychiatrique,
mais sont contraints de faire le
constat du manque de structures médicosociales
appropriées.
Cette situation a une raison précise :
depuis des années, la puissance publique
accompagne, quand elle ne la sollicite pas, la fermeture de lits psychiatriques,
sans créer suffisamment de lieux d’hébergement
spécialisés nécessaires à l’accueil
des patients en amont et en aval de
l’hospitalisation. Il s’agit là d’un effet
caricatural du projet désaliéniste, et il est
indispensable que des efforts soient faits
pour éviter aux praticiens le dilemme
inacceptable hôpital psychiatrique ou
transfèrement en Belgique.
L’étiologie purement biologique de l’autisme
est très largement affirmée, voire
revendiquée par certains. Elle fait l’objet
d’une rencontre très particulière entre
les chercheurs en neurosciences et les
associations de parents. Pourtant rien ne
vient confirmer cette hypothèse désespérante
 : l’autisme serait une maladie
génétique inaccessible à toute forme de
thérapeutique. Il faut examiner les
motifs de cette rencontre particulière, le
discours scientiste venant en fait rassurer
les familles sur le mode « votre enfant a
une maladie génétique, vous n’y avez
aucune responsabilité », qui ferme toute
possibilité de remaniement subjectif tant
pour les patients que pour leurs familles.
Les travaux récents sur la plasticité du
système nerveux central, tels que François
Ansermet a pu en rendre compte,
ouvrent des perspectives nouvelles intéressantes
et non excluantes, qui pourraient
permettre une interlocution
féconde entre professionnels d’horizons
jusque-là bien séparés.
Cette affirmation étiologique, soit met les
soins au second plan, soit les livre aux errements
des thérapies cognitivo-comportementalistes
dont le corpus théorique est
d’une désuétude affligeante aux conséquences
malheureusement fâcheuses,
voire dangereuses. Certains soutiennent
que si l’autisme est génétique et que c’est
une maladie fixée, il n’y a rien à soigner, ou
seulement à la marge, les troubles du comportement
par exemple ; sinon, c’est de
l’éducation dont ces personnes ont besoin.
Cette exclusive de l’éducatif obtenant un
certain nombre de résultats socialement
valorisés, comme des progrès dans les
« bonnes manières ». Or de la même
façon que l’affirmation de l’étiologie seulement
biologique de l’autisme est une
imposture scientiste, cette exclusive de
l’éducatif en est une autre : non seulement
il est possible de soigner les
autistes, mais ils peuvent quelquefois en
retirer des bénéfices non négligeables.
Enfin pour ce qui concerne les soins, la
dérive simplificatrice pose, à propos de
l’autisme comme des autres modalités de
souffrance psychique, la question de
l’omniprésence en psychiatrie de l’industrie
pharmaceutique et des intérêts considérables
qui sont en jeu dans ce champ.
Comment expliquer autrement l’ignorance
dans laquelle est tenu le travail
considérable fait en psychiatrie avant le
Largactil, pour reprendre Follin et Bonnafé,
ou bien la double affirmation erronée
de l’efficacité tellement supérieure
des nouvelles molécules et de leur
meilleure tolérance alors qu’il n’est jamais
mentionné leur coût (différence de un à
vingt et plus entre les médicaments
actuels et leurs prédécesseurs) ?
C’est à propos de l’autisme que les
contempteurs de la psychanalyse et de la
clinique classique occupent le terrain
médiatique, et tentent avec un certain
succès de prendre le pouvoir à l’université.
Il y a donc, tant à propos de la simplification
biologisante que de l’exclusive
éducative, une ardente obligation de
résistance dans laquelle sont engagés les
auteurs des textes qui constituent ce dossier.
Il s’agit de montrer ici un véritable
cheminement à plusieurs, sous la forme
de récits personnels d’une aventure professionnelle
partagée plus que d’écrits
techniques, à la faveur desquels chacun
des auteurs mettant en jeu sa propre histoire,
et en particulier les modalités de sa
rencontre avec les patients autistes, tente
de rendre compte de ces questions complexes
qui placent les sujets autistes au
coeur des grandes questions de la psychiatrie
aujourd’hui.

MICHAËL GUYADER


Praticien hospitalier, chef de service du 8e secteur de psychiatrie de l’Essonne En plus des textes issus de l’invention puis de la pratique des Petites Maisons en Essonne, réunis dans ce dossier coordonné par Michaël Guyader, VST a choisi, en accord avec lui, d’intégrer dans le dossier la toute récente « Lettre ouverte » de Pierre Delion et une contribution de Marie-Odile Suppligeau. Et la rubrique « Livres » de ce numéro reprend la présentation de l’ouvrage de P. Delion sur le packing, publié en 2007.




30/07/2009
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN