04/11/2009
URGENCE
Une menace insidieuse pour la laïcité - VEN n°536 - Pierre Parlebas Président des Ceméa


Cette Assemblée générale * ponctue une année fertile en évènements menaçants, au point de mettre notre association en péril. Face à des attaques budgétaires insolites, issues des milieux gouvernementaux qui devraient au contraire nous aider davantage, les Ceméa ont vivement riposté en coordination étroite avec les autres mouvements associatifs liés au monde éducatif.

*Intervention en ouverture de l’Assemblée générale des Ceméa du 13 juin 2009 à la Maison de l’Europe

Les lois de la République bafouées

Pour ma part, je me contenterai d’évoquer un évènement qui a peu mobilisé les médias et l’opinion publique, et qui risque pourtant d’être dévastateur. Il s’agit du décret du 16 avril 2009, qui supprime le monopole accordé à l’Etat depuis mars 1880, de délivrer les grades et les diplômes de l’Université publique. Il apparaît d’ailleurs qu’en décembre 2008, le Président de la République a passé un accord discret avec le Saint- Siège, afin que les deux États reconnaissent officiellement leurs diplômes d’enseignement supérieur respectifs. C’est dans ce contexte que le Président de la République avait affirmé péremptoirement, dans son discours de Latran, que le curé détenait une valeur éducative supérieure à celle de l’instituteur. L’accord de décembre 2008 et le décret d’avril 2009 bafouent les lois de la République : la loi du 18 mars 1880 sur la délivrance des diplômes nationaux, et la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. Cette transgression pourrait paraître mineure mais, en réalité, elle est comme une fissure dans une digue qui pourra rapidement ouvrir une brèche dans laquelle s’engouffreront des débordements incontrôlables. Si l’on favorise tel courant religieux, pourra-t-on récuser tel autre ? L’École et l’Université ne se transformeront-elles pas en une arène où chercheront à s’imposer à l’enfant, qui n’en peut mais, des croyances d’un autre âge ? Les postures religieuses peuvent conduire à des impostures scientifiques. Les colloques organisés par les Ceméa en 2007 et 2008, relatifs aux neurosciences et à la Théorie de l’évolution, ont permis à des chercheurs de l’Université, du Collège de France, et du Muséum national d’histoire naturelle, de mettre en évidence les prétentions inadmissibles des religions à vouloir imposer aux autres leur vision dogmatique du monde.

Le recours à une vérité révélée

On sait que malgré une forte volonté déclarée, il n’a pas été possible d’opérer une distinction claire entre ce qu’est une religion et ce qu’est une secte. Ce que l’on appelle une « grande religion », finalement, c’est une secte qui a réussi, une secte qui, d’abord minoritaire et souvent elle-même persécutée, est devenue majoritaire. S’appuyant sur une vérité révélée et miraculeuse, les religions sont des dogmes autoproclamés. Est-il légitime qu’ils contraignent chaque individu à adopter leur façon sectaire de se vêtir, de se nourrir, de penser et d’agir ? L’histoire nous a appris que le recours à une vérité révélée, l’appel au divin surnaturel, sont toujours mis, comme par miracle, au service d’un pouvoir politique épris d’hégémonie.

L’Ecole et l’Université française ont pour vocation d’élaborer et de transmettre des connaissances scientifiques validées et non des croyances irrationnelles, de transmettre des savoirs et non des fictions. Nous avons reçu, aux Ceméa, le luxueux ouvrage intitulé L’Atlas de la Création, sous la signature de l’auteur turc Harun Yahya, ouvrage qui accuse la Théorie de l’évolution darwinienne d’être un tissu de mensonges et d’inventions de toutes pièces. Faudra-t-il accepter que s’édifient en France, comme c’est le cas aux Etats-Unis, des musées en l’honneur du créationnisme, et que se développent des enseignements glorifiant le « dessein intelligent » ? Les écoliers devront-ils apprendre que les espèces ont été créées brutalement et une fois pour toutes il y a seulement quelque dix mille ans ? Rappelons-nous que Buffon, qui avait contesté cette conception fixiste, a été mis à l’index. Certes, le temps des bûchers et de l’Inquisition était passé, mais sous la pression de l’Eglise, il fut contraint de renier publiquement ses analyses et d’approuver le dogme papal. Imposer des mythes Ce que nous remettons en cause, ce ne sont évidemment ni les religions, ni le droit légitime pour chacun de choisir librement, en son for intérieur, la croyance de son gré ; c’est la prétention à imposer aux autres des mythes qui relèvent de l’irrationnel et qui sont le fruit d’une révélation parmi mille autres possibles. La laïcité, c’est précisément le respect des croyances intimes et discrètes de chacun et non l’imposition de dogmes extérieurs.

Une nouvelle guerre scolaire ?

Le désir d’harmoniser les systèmes universitaires au plan de l’Europe ne doit pas introduire subrepticement une incohérence fondamentale dans le domaine des savoirs. La recherche légitime d’une cohérence de l’enseignement supérieur dans l’espace européen, affirmée lors de la déclaration de Bologne en 1999, ne doit pas devenir le prétexte à l’irruption de l’irrationnel religieux prêché en tant que tel, dans le champ des connaissances à visée scientifique. En France, des députés, des sénateurs, des Présidents d’université, la Ligue des droits de l’homme et la Ligue de l’enseignement, ont déjà réagi avec à propos. Un recours contre le décret d’avril a été déposé auprès du Conseil d’Etat. Nous nous associons avec vigueur à cette défense de la laïcité de la République. Cette menace insidieuse doit être éliminée. Il faut faire en sorte que soient annulés l’accord et le décret qui sont le germe d’une nouvelle guerre scolaire. Nous le voyons, la vie des associations n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Espérons que nous aborderons bientôt des rivages moins tumultueux, et plus souriants. ■




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles