Jean-François Gomez et François Chobeaux
VST n°107 : Diriger (3e trimestre 2010) - Introduction -

Voir le VST n°107 et commander en ligne

Choisir. Associer. écouter. Trancher. Manager. Organiser. Décider. Assumer. Gérer. Anticiper. Entraîner. Rendre compte. Être seul. Être l’objet de critiques. Être «  attendu au tournant  ». Être interpellé… En un mot, diriger.

«  Mal nommer les choses, écrivait Albert Camus, c’est ajouter à la douleur du monde.  » Nous nous sommes souvenus de cette réflexion quand nous n’avons pas choisi pour ce dossier de «  gouverner  » ni de «  manager  », mais tout simplement de diriger, nous contentant de ce mot de notre langue qui a donné direction, et directeur. Subtilité qui va bien plus loin que d’éviter la redondance avec de nombreux dossiers ou numéros parus dans un temps récent dans plusieurs revues qui ne sont pas étrangères au social et à ses enjeux.

Voici donc un dossier qui ne parle pas de gestion, de «  management  », de «  gouvernance  » (bonne, toujours, comme aurait pu l’écrire Flaubert dans son Dictionnaire des idées reçues). Un dossier qui donne la parole à ceux qui dirigent une équipe, une institution, avec leur enthousiasme, leur dépit, leur désarroi et parfois leur révolte, et qui ne se cachent pas derrière les mots du politiquement correct, lequel éliminerait la question du pouvoir, de la décision et de la responsabilité. Cette parole engagée n’exclut pas les désaccords  : ainsi, deux textes discutent de façon très différente le tout récent livre de Jean-Pierre Lebrun, Y a-t-il un directeur dans l’institution  ?

Tous ceux qui écrivent ici dirigent ou ont dirigé. Ici, pas de parole scientifique, ou de conseils à ceux qui font, mais un choix clairement assumé – «  comment je fais  » –, en donnant la parole à ceux qui se questionnent. Parce que pour nous, la direction d’équipe, de structure, d’institution, est certes une fonction, mais une fonction habitée, incarnée.

Le dossier que nous avons réuni se caractérise par sa diversité. Il montre comment l’acte de diriger peut se décliner de façon inattendue  ; que loin de se présenter comme un ensemble de recettes, il emprunte le plus souvent les voies de l’invention et de la création. Que sa langue, comme nous l’évoquerons, est polysémique. Qu’il convient de s’entendre sur les mots. Enfin, et cela constitue pour nous un principe éthique, nous voudrions montrer qu’il existe une conception de la direction qui ne se définit pas par un éloignement de principe, voire un déni de l’acte éducatif ou thérapeutique lequel, précisément, devrait donner à l’action de diriger tout son sens.

Venons-en aux auteurs.

Thierry Goguel d’Allondans revient sur son histoire, sur l’histoire de la profession du social, et pointe ce qui fait valeur pour lui et d’autres. Il ose le terme en ouverture  : «  meneur d’hommes  ».

Chacun à leur façon – différente –, Régis Gaudet et Xavier Moya-Plana proposent des métaphores linguistiques ou équilibristes. Comment relier les extrêmes, comment tendre des fils pour des équilibres nécessaires entre éthique, clinique et contraintes de la gestion normalisée.

Malika Redaouia, qui refuse de gérer, explique sa résistance, plaidant avec passion pour une direction impliquée.

Alain Rondot s’accroche à tenir la ligne de la clinique, envers, contre, et avec les démarches d’évaluation et grâce à celles-ci. Il y croit et le démontre. Pierre-Yves Renaud parle aussi d’évaluation, en osant l’indicible  : manager, qualité…, mis là aussi au service des usagers.
Gaelle Légo interroge le statut de directeur, en s’appuyant sur les travaux de Jean-Pierre Lebrun.

Jean-Claude Guillaume et Jacques Darolles font métier de «  commander  »  : un bateau de pêche, un avion de ligne.

Ils nous disent comment on dirige «  ailleurs  ».

Hervé Boyer analyse les aspects projectifs de sa fonction sans perdre pied avec le concret, et nous ouvre sur la psychiatrie et son espace de réflexion.

Enfin, Jean-François Gomez, coordonnateur de ce dossier, revient sur la question du pouvoir et de l’autorité, et le referme sur ses réflexions.
Et pour sourire, il y a par-ci par-là de brefs textes qui évoquent le commandement de bateaux de pêche (encore, oui), le commandement militaire, et les conseils qu’un grand religieux adressait, il y a huit siècles, à son disciple devenu pape.

Entre inconscient et normes, entre valeurs sociales et exigences du concret  : diriger.

Jean-François Gomez
François Chobeaux


07/09/2010




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN