Lettre ouverte à un animateur - Cahier de l’Animation N° 76 -Animer -
Vincent Chavaroche Paris, 26 septembre 2011

Animateur, animatrice, le dispositif dans lequel tu agis,
le CEE, Contrat d’engagement éducatif, est remis en cause.
Sa double logique de salariat et d’engagement volontaire
le rend illégal au regard de la directive européenne sur les temps de repos.


Tu as fait la Une de la presse régionale et parfois nationale,
cet été ! Joli coup quand on connaît la rareté de cette
attention pour notre secteur, mis à part l’événementiel ou
l’anecdotique trop souvent de mise dans la logique médiatique.
Te voilà au coeur d’un débat politique ! Faut-il maintenir
un statut dérogatoire sur plusieurs points au droit du travail
ou faut-il reconnaître le volontariat dans l’animation ?

 L’ANIMATION VOLONTAIRE EST-ELLE UN ESPACE D’ENGAGEMENT ?

Bien sûr ! L’engagement qui est le tien est un acte
conscient ! Il faut cesser de te prendre, de vous prendre
pour des êtres irresponsables et sans jugement. Tu fais
des colos et des centres de loisirs parce que tu le décides !
Cet engagement est une expérience pour toi, une possibilité
de t’investir dans une action éducative, reconnue comme
telle. Tu y viens aussi, dans un cadre réglementé, pour t’occuper
d’enfants, être avec d’autres jeunes, prendre des responsabilités
dans un espace où les enfants font l’apprentissage
de la vie collective, de la solidarité et du lien social. Bien
évidemment, tu souhaites gagner un peu d’argent, ce qui
est normal. Chacun sait que c’est aussi une reconnaissance
de ce que l’on fait. La question est alors de savoir si notre
pays veut toujours disposer d’un espace d’engagement pour des dizaines de milliers de jeunes, dans une logique de
volontariat complémentaire au travail salarié des professionnels
de l’animation ! Et s’il fallait parler en deux mots
de sécurité, les colos et les centres de loisirs sont et restent
des lieux éducatifs dans lesquels la sécurité des
enfants est plus forte que dans leur famille. Le savais-tu ?

  L’EUROPE : LE MAUVAIS OBJET FACILE

Comme si nous étions uniquement face à une attaque
en règle de l’Europe. Ce sont les États membres qui font
l’Europe. Le courage politique des gouvernements ou
son absence sont lourds de conséquence sur les décisions
prises au niveau européen. « Il faudra tenir compte du
droit européen », indique la secrétaire d’État chargée de
la Jeunesse et de la Vie associative. En termes de droit
du travail, oui, il le faudra. En termes de volontariat, il le
faudra aussi ! C’est pour cela que nous demandons
la reconnaissance européenne d’un statut du volontariat
dans l’animation socio-culturelle.

 L’ENJEU ÉCONOMIQUE POUR LES ACM

Tu n’es pas un élément technique d’un puzzle économique.
Si les centres de vacances et de loisirs sont
ces lieux éducatifs particuliers, c’est justement parce que
des personnes, en l’occurrence toi, animateur ou animatrice volontaire sont là, sans être des professionnels
de l’éducation, dans une logique d’engagement éducatif.
L’enjeu économique existe, il est indéniable.
Il est aussi indissociable d’une réelle politique en
faveur du droit au départ en vacances pour tous. Une
politique qui considère que l’éducation n’est pas une
marchandise, que les ACM sont un des éléments
fondamentaux d’une politique solidaire en matière
d’éducation. Force est de constater que ce n’est pas
le cas aujourd’hui en France.

 L’AMALGAME ENTRE TRAVAIL SALARIÉ ET VOLONTARIAT

Nous entendons la lecture faite par des syndicalistes.
Mais, à notre sens, ce n’est pas le CEE en tant que tel
qui est « un vrai scandale », « exploitant de manière
éhontée les jeunes 24 heures sur 24 », c’est sa double
référence, au droit du travail avec des dérogations et
à l’engagement volontaire. Il faut donc un cadre clair
pour le volontariat dans l’animation des ACM. Non
pas, comme certains le disent, pour revenir en arrière,
par nostalgie du passé ou utopie naïve, mais parce
que nous pensons que tous les espaces d’activité
humaine dans notre société, ne doivent pas relever
de la seule logique marchande, de la seule logique de
l’emploi et du travail salarié ou encore du strict bénévolat.
Dans ces conditions, et dans un dispositif spécifique
qui valorise l’engagement, le protège des
dérives, un espace de volontariat indemnisé, considéré
comme une expérience de vie citoyenne possible
pour une partie de la jeunesse serait une innovation
politique en ces temps de pré-campagne…

Et toi, animateur volontaire, tu en penses quoi ?


24/10/2011




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN