12/03/2012
Ah, les braves gens... ÉDITORIAL VST N°113


Voir le sommaire de la revue VST n°113, et commander le numéro

Premier fait divers. Un jeune Arabe pousse un pauvre homme, bien connu sous tous rapports, sous le métro. Aussitôt, c’est le bal des communiqués et le défilé des ministres sur le quai de l’assassinat. Ce jeune-là est présenté au juge de service, qui le met en détention provisoire, évident. Puis la police enquête, scrute les bandes vidéo de la télésurveillance, écoute nombre de témoins, et apparaît l’inverse : le certes brave homme était aussi un peu bourré, un peu défoncé, il se rendait insupportable à tout le monde sur le quai, et l’assassin volontaire présumé n’a fait que le repousser une fois, une autre, le séparer d’une jeune femme qu’il envahissait, le repousser encore quand le brave homme est devenu teigneux… déséquilibré, il tombe sur la voie, sous le métro qui arrive. Trois semaines de prison, l’opprobre public, peut-être une condamnation pour coups et blessures, et surtout ces ministres suceurs de sang qui ont foncé sur le drame si évident sans plus de retenue. Et encore, on a échappé à une loi compassionnelle et sécuritaire de plus votée en urgence au Parlement. Second fait divers, encore pire. C’est un vieux monsieur un peu original, un peu curieux, un peu négligé sur lui, qui est souvent à la sortie de l’école et qui regarde les gamins. Peut-être ses enfants et petits-enfants sont loin, peut-être qu’il n’en a pas ? Qui sait ? Pour savoir, faudrait lui demander, lui parler. Lui parler ? Ça va plus, non ? Ce qui est certain, c’est que cet évident vieux cochon est vite repéré par des braves gens, parents qui attendent leur progéniture. Et on sait comment ça parle et comment ça monte vite en sauce à une porte d’école. Un jour, cet évident pédophile arrive à l’école tenant une petite fille à la main, et va vers la maîtresse pour la lui confier. Paraît, c’est la maîtresse qui l’a dit après, qu’il l’a trouvée un peu perdue et en pleurs sur le chemin de l’école et qu’il l’y a accompagnée. Du moins c’est ce qu’il a prétendu, mais hein, faudrait voir, qui sait ? Alors ces braves gens l’ont suivi pour savoir où il habitait, ont averti la police, et un jour l’ont poursuivi jusque chez lui. Salaud ! Et qu’il ne se plaigne pas, ils auraient pu le lyncher, nettement plus efficace, non ? Des policiers sont arrivés, et j’imagine les jeunes flics super virils l’embarquant efficacement dans la voiture après l’avoir menotté. C’est vrai, un vieux ça peut courir très vite pour se sauver ! Car il aurait sûrement pu tenter de fuir en courant, puisque coupable. Ou au moins, il aurait pu y penser, non ? Bon, ils l’ont menotté bien que le Code de procédure pénale dise que, et que… mais on sait jamais, et puis c’est trop jouissif de choper un vieux cochon et de le secouer un peu ! Le vieux monsieur, tout tourneboulé, a fait une crise cardiaque dans la voiture et il est mort fissa. Peut-être bien il a fait ça parce qu’il avait des trucs à cacher, d’ailleurs. Au fait, il avait un casier vierge, rien à dire dans le quartier, rien de recueilli du côté des enfants. Même le commissaire l’a déclaré, et le procureur aussi. Mais comme a dit une maman brave gens de cette école : « Oui, c’est peut-être dommage, mais nous ça nous rassure. »
Voilà où nous en sommes de flatter l’animal dans le sens du poil, électoral et populiste. Et l’animal n’est pas loin sous l’humain, jamais. Pas d’illusions. Attention fragile, sauf pour les démagogues. C’est si facile, et rassurant, de fabriquer un ennemi proche, un ennemi banal, un monstre comme soi mais autre, objet de rejet des angoisses qui envahissent. Pas de maîtrise du monde environnant, un sentiment de dépassement, tous pourris, même les Indignés le disent, et voilà la bête immonde qui revient au galop.
Résister, le mot est d’actualité. Ce numéro de VST propose d’y réfléchir. Et si la première des résistances était celle qui refuse la barbarie proposée comme mode de vie, ce « chacun pour soi » parfois produit par la solution de survie de ceux qui s’abandonnent comme humains, ou parfois par l’hédonisme égoïste devenu si tendance ? Alors, contre cette barbarie rampante et gangreneuse, quelle alternative ? Quelle société des humains, fraternelle et sociale ?
Compassion opportuniste – et lois démagogues et récupératrices –, méfiance généralisée, fantasmes d’agression plutôt que pulsion d’amour, absence de lien social, de parole, d’écoute, remplacés par la suspicion et la sauvagerie… Le mal est fait, qui laisse surgir toutes les angoisses. On continue comme ça, ou on agit pour que ça change ?

FRANÇOIS CHOBEAUX, Rédacteur en chef

L’École expérimentale de Bonneuil va très mal
Cette école fondée par Maud Mannoni et Robert Lefort en 1965, aujourd’hui « hôpital de jour », est internationalement célèbre pour sa mise en oeuvre de la psychothérapie institutionnelle avec des enfants et des adolescents en très grandes difficultés. Elle est elle-même en grande difficulté institutionnelle. Un projet de fusion-absorption au sein d’une importante association du secteur social serait la solution. Cela inquiète fortement ceux qui ont fait et font Bonneuil aujourd’hui, le risque majeur étant la perte de l’autonomie pédagogique, médicale et thérapeutique, avec une mise à l’écart de la mise en acte des principes et des outils psychanalytiques.
Pour plus d’information www.pourlavenirdebonneuil.com



La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles