Les Roms, ces mauvais pauvres (1) ...
VST n°116 Faire sociale à Domicile

Les Roms, ils cognent sur leurs mômes. Au Foyer de l’enfance, on a reçu
une ado rom avec des cicatrices et des bleus plein le dos. Les mères, elles
shootent leurs bébés au sirop pour qu’ils dorment à côté d’elles pendant
qu’elles font la manche. C’est eux qui volent le cuivre des lignes
SNCF. Chez moi, ils contrôlent toute la prostitution de rue. Ils fonctionnent
en tribus, en mafias. Ils viennent, ils repartent, volontaires ou chassés.
Ils reviennent.


Voir le sommaire de la revue VST n°116, et commander en ligne

On croirait entendre les récriminations contre les romanichels émises dans
les campagnes au XIXe siècle. Parfois aussi en notre début de XXIe, et pas
que dans les campagnes, envers les « gens du voyage » comme on dit
aujourd’hui en langue politiquement correcte. Ce sont toujours les mêmes
mots, les mêmes peurs, les mêmes incompréhensions à l’égard de ceux
venus d’ailleurs, pas comme nous, auxquels on ne comprend rien et qui
font peur.
Comme si on n’avait pas assez à faire avec nos pauvres à nous, nos immigrés
à nous !

Voici une misère de plus, qui déferle sur l’Occident repu. Les misères précédentes,
les nôtres ou celles venues d’ailleurs, on avait eu le temps de
tenter de les comprendre, on saisissait quelques fils qui laissaient penser
à des bribes d’explications, puis on les tissait ensemble. Là, c’est brutal,
massif, personne ne comprend ce qu’ils disent, et on se prend de plein
fouet les fonctionnements opaques d’une culture méconnue et les solutions
sauvages de tout humain acculé quand il ne croit plus qu’en lui.
Scolariser les enfants ? Ils sont rejetés, frappés par d’autres enfants dans
les écoles d’accueil, racistes envers ceux encore plus faibles qu’eux. Ça
rassure de ne plus être en bas de l’échelle. Et dans quelles classes ? Dans
une ville de banlieue parisienne, il faudrait ouvrir deux classes de plus
dans un groupe scolaire. Avec quelle garantie qu’ils y viennent et surtout
qu’ils y restent, alors qu’en travaillant ils contribuent à la survie familiale
et que cela est profondément culturel pour leurs parents ?
Imaginer des camions et des bus pour enseigner sur place, comme cela
se fait – parfois – pour les Gens du voyage, mais à quoi pensez-vous ?

Leur proposer des logements ? Ceux qui veulent bien en parler demandent
à être logés ensemble, en famille élargie comme on dit chez nous,
et à côté d’autres de leurs communautés. Histoire connue, mais très mal
perçue dans notre pays qui fonctionne encore au mythe intégratif.
Les autoriser à travailler comme salariés, officiellement ? Mais ils vont
prendre le travail de nos pauvres, et puis sur quels emplois alors que la
plupart n’ont pas de qualifications professionnelles ?

Alors on les expulse des terrains où ils se sont posés, et ils partent plus
loin reconstruire de nouveaux campements. Notons au passage qu’au
XXIe siècle on ne dit plus « bidonville » mais « campement », c’est moins
pire, non ? Leurs expulsions successives les marginalisent encore plus,
et rendent impossibles les amorces de travail humanitaire et social engagées
avec eux ? Certes, mais ils seraient tellement mieux ailleurs !
Moi, j’aime bien les Roms pour la pagaille qu’ils sont bien involontairement
en train de mettre dans les représentations sociales, et dans les
conceptions et les pratiques professionnelles du social et de la sécurité
publique. J’aime bien les Roms parce que j’aime bien tous les marginaux
des systèmes, tous les pseudo-ingérables qui, si on veut bien y réfléchir
un peu, interpellent les habitudes prises, les pratiques protocolisées, les
réponses simplistes, qu’elles soient humanistes, policières ou administratives.

J’aime bien les Roms, ils bouleversent toutes nos évidences parfois bien
simplistes, non interrogées, qu’elles soient humanistes, technocratiques,
sociales ou sécuritaires. Et qu’il reste alors à travailler en prise directe avec
le réel, la vraie vie, en interrogeant nos certitudes confortables.

FRANÇOIS CHOBEAUX


06/12/2012




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN