Tous les articles de :
  • François Chobeaux

  • 11/09/2013
    Le mot et la chose - Editorial Vie Sociale et Traitements n° 118


    Dossier VST n°119 CES ADOLESCENTS QUI VONT MAL : L’adolescence, c’est bien connu, c’est une crise. Une crise affective et sociale dont la plupart sortent grandis ; adultes, dit-on. Cette période de transition n’est pas toujours simple à vivre dans une société qu’on dit elle-même en crise, et qui fait de l’adolescence et de la jeunesse un idéal. Adolescent en crise, ou société en crise ? Pour certains, cela se passe mal, parfois très mal, avec la réactivation de difficultés anciennes, ou la recherche extrême de limites. Ce dossier parle de ceux-là, aux conduites psychologiques et sociales qui inquiètent tant. Que faire avec eux : éducation ou redressement ? Thérapie ou camisole chimique ? Classifications définitives, ou attentions apportées aux transformations toujours possibles ? Qui travaille, et comment, avec ces adolescents-là ? À la recherche des pratiques inventives...

    Voir le sommaire et commander la revue VST n° 119.



    L’ Édito de François Chobeaux, Rédacteur en chef de la Revue Vie Sociale et Traitements.

    Bientôt, le terme « race » n’existera plus dans les lois françaises. Dans sa grande sagesse, l’Assemblée nationale a adopté le 13 mai 2013 une proposition de loi qui l’expurge de l’ensemble des textes législatifs, au profit de sa déclinaison : « raciste ». Reste encore un détail à régler car le texte de la Constitution utilise le mot, mais ça va venir. Voici donc le terme honni remplacé par « raciste ». On ne peut plus être opprimé en raison de sa race, mais en raison de critères racistes, et ça change tout, non ? Au fait, comment définir ces critères à partir d’un adjectif dérivé de « race », si le nom initial n’existe plus ? Négligeable question de grammairien, ici on se pose des questions de haute politique.

    On avait déjà connu un interdit législatif avec les théories négationnistes (immondes, certes) qu’il est interdit de développer, et une obligation législative avec la reconnaissance du rôle positif de la colonisation de la France en Algérie. Car le législateur français est omnicompétent : lexicographe, historien…

    L’époque est à la langue propre, neutre. Les non ou mal-voyants ont remplacé les aveugles et les mirauds, il n’y a plus de sourds mais seulement des mal-entendants et des déficients auditifs, et les personnes en situation de handicap ne connaissent pas de déficits cognitifs ou moteurs, non, c’est juste leur situation sociale qui est un peu ennuyeuse. Quant à mon voisin de palier, il n’est pas bête comme ses pieds, non, il est tout juste mal-comprenant. Étant moi-même dans une situation (temporaire ?) de surcharge pondérale modérée, ouf, je ne suis plus gros ! Tiens, un autre beau terme encore : les « partenaires sociaux ». C’està- dire les représentants des intérêts des employeurs, et ceux des salariés. Non, ils ne sont pas radicalement opposés parce que derrière il ya toujours cette vieille histoire de lutte des classes et d’exploitation.

    Aujourd’hui, ils sont partenaires dans un « dialogue social » équilibré, chabadabada, où ceux qui produisent sont à égalité de pouvoir avec ceux qui en récupèrent les bénéfices. Mais Marx est mort depuis longtemps, c’est vrai.

    On pourrait aussi pointer les nouveaux termes servant à dire de vieilles choses. Ainsi, il est nettement moins stigmatisant d’être bipolaire que de souffrir d’une psychose maniaco-dépressive. Et cette jeune fille n’est plus anorexique, elle souffre simplement de troubles alimentaires… Une novlangue prétendument neutre nous envahit peu à peu, idéologiquement correcte et politiquement manipulatrice. Elle crée un écart entre la parole des gens, de la vie, et la parole d’en haut, imposée. Entre les réalités vécues et la façon pensée et bien pensante de les dire. À quand l’étape suivante qui verra l’interdiction des mots psychose, errance, exclusion, pauvreté, maladie, mort ? Bientôt, grâce aux lois lexicales, nous vivrons des avancées sociales et médicales massives ! Non, elle est vraiment bien cette loi, qui va nous interdire encore plus de chercher à établir des statistiques basées sur les cultures d’origine, horreur, ce qui va continuer à nous empêcher de voir, de comprendre et d’agir sur nombre de questions éducatives et sociales en France. Il me reste une grave question. En mars prochain, à Paris, au Salon de l’agriculture, on va faire comment pour l’élection du plus beau taureau de (la race) Salers ou de la plus belle chèvre (de la race) Alpine ? On dira « taureau Salers » ? Ou bien « individu animal génétiquement déterminé mâle donc nommé idéologiquement ainsi, porteur du génotype “bovin”, aux caractères secondaires artificiellement fixés par une sélection eugéniste visant à mettre en valeur certains traits physiques, référée à une idéologie dont on sait trop quels ont été les effets horribles » ?

    FRANÇOIS CHOBEAUX

    Voir le sommaire et commander la revue VST n° 119.




    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    [()] [()] [()] [()] [()]
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE 2017
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Médias, éducation critique et engagement citoyen
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles