07/05/2015
Appel à signature « Demain plus un bébé à la consigne, pour développer des modes d’accueil de qualité c’est maintenant qu’on signe ! »


Depuis 50 ans, les bonnes fées de la psychologie, de la sociologie, de la pédagogie, et même celle de l’économie, se sont penchées sur le berceau des tout-petits, fondant au fil du temps un nouveau champ de connaissances sur les enjeux de l’accueil des jeunes enfants. Ainsi sont aujourd’hui mieux définies les exigences de qualité pour l’accueil des bébés. Les recherches en France et à l’international convergent sur ces critères de qualité : niveaux de qualifications professionnelles, taux d’encadrement, taille restreinte des groupes d’enfants, temps et disponibilité accordés à l’enfant et sa famille, ainsi que temps de réflexion sur les pratiques qui favorisent une prise en compte de l’enfant et de sa famille dans une relation individualisée. Les progrès réalisés depuis les années soixante s’appuyaient donc sur ce qui semblait faire enfin consensus : faciliter l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle pour les parents, tout en accueillant les bébés de façon personnalisante en crèche ou chez une assistante maternelle.

Mais les décisions prises au début des années 2010, entamant une à une les avancées précédentes, ont acté que ces fondements n’étaient plus partagés par les pouvoirs publics, qui traçaient alors la perspective que plus d’enfants soient accueillis par des professionnels souvent moins bien qualifiés. C’est-à-dire plus de stress, moins de disponibilité et d’attention du côté des professionnels se traduisant par plus d’insécurité matérielle et affective pour chaque enfant.

Après avoir pris l’engagement de revenir sur les mesures les plus préjudiciables au bon accueil des tout-petits (comme le surbooking des bébés et la moindre qualification globale des équi pes), en abrogeant notamment le décret "Morano", l’équipe gouvernementale d’après 2012 n’a pas donné suite. Les maisons d’assistantes maternelles dérogent toujours à des normes minimales légales de fonctionnement. De même qu’un plan "métiers de la petite enfance", ayant pour cœur une hausse globale du nombre et des qualifications des professionnels de la petite enfance et incluant de vraies mesures de promotion professionnelle pour les métiers aux formations les plus courte s et les moins qualifiantes, tarde à voir le jour. Enfin, par une disposition passée inaperçue de la loi dite "Macron" sur l’attribution de contrats de concessions, les modes d’accueil collecti fs risquent d’être confirmés demain dans le champ de la directive européenne "services" et soumis aux règles de la concurrence, avec pour effets moins de réglementation protectrice et moins de financements publics.
Nous ne nous résignons pas à une telle situation. Créer massivement de nouvelles places dans des modes d’accueil de qualité, ce n’est pas répondre aux sirènes économistes de "l’investissement social", c’est faire œuvre de considération pour l’humanité, la dignité et les droits des tout-petits et de leurs parents, c’est faire société autour des principes de justice sociale et de solidarité dès la prime enfance.

Nous nous adressons au président de la République et au gouvernement qui ont érigé la jeunesse, et donc ses prémisses, en priorité de leur mandat, et nous leur demandons la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance autour des mesures suivantes :

. adoption d’un plan pluri-annuel visant à a ugmenter l’offre d’accueil de 400 000 places par la création prioritaire de 200 000 nouvelles en Établissement d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) pour résorber le re tard pris à l’égard du développement de l’accueil individuel ; . abandon de la mesure élargissant les possibilités d’accueil en surnombre à 115 et 120% en EAJE ; . objectif à atteindre d’un ratio moyen d’encadrement d’un adulte pour cinq enfants en EAJE, au plus tard à l’échéance de l’actuelle Convention d’Objectifs et de Gestionentre l’Etat et la Caisse Nationale des Allocations Familiales ; . retour à un ratio de personnels les plus qualifiés d’au moins 50% en EAJE, mesure immédiatement suivie d’un plan de formation initiale et continue permettant d’élever progressivement ce ratio ; . lancement d’un Plan "métiers" ambitieux sur cinq ans :

  • préservant des formations spécifiques et singulières au champ de l’accueil de la petite enfance alors que le projet existe de les noyer dans des troncs communs de formations sociales généralistes,
  • prévoyant notamment la formation de 30 000 nouveaux professionnels pour l’accueil collectif,
  • élevant globalement les niveaux de qualification de l’ensemble des professionnels, concernant la formation initiale mais également la formation continue diplômante, pour permettre à tout professionnel d’accéder à des niveaux de qualification plus élevés et de bénéficier de réels parcours de professionnalisation et de promotion professionnelle ; . exclusion des modes d’accueil individuels et collectifs des directives les soumettant à la concurrence et aux critères marchands.

Au-delà du caractère technique de telle ou telle mesure, il est grand temps de mettre en œuvre une politique d’accueil de la petite enfance digne d’une société qui considère ses bébés, citoyens du futur, et leur offre la bienvenue dans des berceaux hautement accueillants pour s’engager dans l’existence.

à signer en ligne sur www.pasdebebesalaconsigne.com

- contact




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles