03/10/2016
Bilan du projet global de l’action des Ceméa en Avignon en 2016

Bilan rédigé par les responsables de projets et de lieux d’accueil du Festival.


Le 09 juillet 2016, au Festival d’ Avignon, le ministère de l’Éducation Nationale et le Festival d’Avignon ont signé le renouvellement de la convention de partenariat pour le Centre de jeunes et de séjours du Festival d’Avignon.(Cf Article du 12 Juillet 2016). Cette convention sert à mettre en place les projets d’actions à destination des lycéens sur le Festival d’Avignon. Dans son discours, J-L Cazaillon, Directeur général des Ceméa, a réaffirmé la pertinence de l’existence de ces dispositifs, à savoir la capacité à démontrer qu’il est possible de faire se rencontrer le projet de l’institution scolaire et le projet, autonome et singulier, de l’Éducation populaire. Il a d’ailleurs souligné la nécessité pour les jeunes du vivre ensemble et surtout du faire ensemble. En fait, il s’agit de s’associer pour développer une certaine expérience de la liberté. Ainsi, nous pouvons faire la démonstration de l’expérience esthétique qui constitue la base d’une éducation refondée ; tel est le sens politique du projet porté par les Ceméa et le CDJSFA.

Sommaire Publics accueillis

Dans le cadre des Centres de Jeunes et de Séjours, environ 215 personnes jeunes et adultes ont été accueillis sur des séjours d’une durée de cinq ou sept jours, sur inscription individuelle ou en familles, en vue de découvrir le festival ou d’approfondir leur expérience de festivalier.

Une trentaine de personnes se sont inscrit sur des séjours qui placent la pratique favorisant l’expression poétique comme pivot de l’expérience de festivalier.

Les séjours lycéens en Avignon, ont permis à 349 lycéens accompagnés de 59 adultes personnels de l’éducation nationale, en charge de politiques publiques territoriales, en charge de relations avec les publics au sein de lieux de création et de diffusion, de vivre une immersion dans le festival. 8 jeunes accompagnés de 2 accompagnateurs sont venus dans le cadre de l’école de la deuxième chance. L’accueil de 42 collégiens et sept accompagnateurs a contribué à poursuivre la volonté de développer l’accueil de plus jeunes sur le festival.

Des groupes de jeunes accompagnés d’animateurs, enseignants ou d’éducateurs ont inscrits l’expérience d’un séjour à Avignon dans leurs projets associatifs, projets soutenus par des municipalités, projets en partenariats avec des lieux de création et de diffusion, ou projets de parcours d’études à l’université. Ces séjours ont concernés plus de 250 personnes.

Le dispositif Culturelab, en partenariat avec l’Institut français et les ambassades français à travers le monde, a réuni 50 personnes d’une trentaine de pays.

Les ateliers Jeunes critiques ont rassemblé une quarantaine de jeunes qui ont réalisé treize vidéos diffusées sur la WebTv du festival.

Le chantier Avignonnais a été support de formation pour des personnes externes aux Cemea, formation à l’animation volontaire et pour des militants des Ceméa, dans le cadre du séminaire réunissant des directeurs territoriaux et des membres de l’équipe nationale, et de deux stages nationaux sur l’éducation à l’image et sur l’éducation culturelle par l’artistique. Environ 90 personnes ont participé à ces formations.

L’accueil sur des temps courts permettant à des lieux culturels, des associations, des compagnies, des collectivités territoriales de découvrir le projet des Ceméa à Avignon a été favorisé et a conduit à l’accueil de plus de 80 personnes.

Sommaire Dialogues Artistes-spectateurs

Le festival a programmé quatorze dialogues artistes-spectateurs. Ces dialogues sont animés par les Ceméa et ont permis la rencontre, l’échange et le débat autour des spectacles de Angelica Liddel, de Omar Abusaada, de Madeleine Louarn, deIvo Van hove et les comédiens du français, de cornelia Rainer, de Jean Bellorini, de la compagnie FC Berman, de Aurélien Bory, de Ali Chahrour, de Serge Teyssot-Gay, de Sidi Larbi Cherkaoui et du Raoul collectif. Ces rencontres publiques ont réunis 150 personnes en moyenne sur chaque rendez-vous.

Sommaire Mobilisation des Militant(e)s

Plus de 120 militants des ceméa se sont investis sur le chantier cette année.

Sommaire Florilège des projets , des expérimentations et des paris dans lesquels se sont lancés les militants et les équipes sur cette dernière édition

« Nous avons mis en place de lieux d’expression, des happening, de scènes ouvertes.
Nous avons crée un rendez-vous « la scène de minuit ».
Nous avons préservé des temps d’échanges et de retours sur les spectacles à chaque réunion.
Nous avons accueilli dans les équipes et accompagné en restant à l’écoute tout au long du mois.
Nous avons investi des fonctions de maîtres de maison, de régisseurs, d’animateur des dialogues...
Nous avons tenté de politiser nos émotions de spectateurs, de politiser nos larmes.
Nous avons aidé des accompagnateurs de groupes à tenir leur place, leur rôle et leur fonction.
Nous nous sommes nourris des pensées de philosophes, de poètes...
Nous avons résisté au mistral, à la pluie et à l’ensoleillement.
Nous avons fait l’expérience de l’état d’urgence.
Nous avons crée un accueil de familles avec des jeunes enfants.
Nous avons ajusté, réajusté nos pratiques pour accueillir des groupes à programme.
Nous avons explicité, régulé, réajusté ensemble.
Nous avons intégré le OFF dans les projets de découverte du festival.
Nous avons accompagné à réfléchir le phénomène OFF sur Avignon.
Nous avons créé du lien entre des nouveaux arrivés et des participants en fin de séjour.
Nous avons réinterrogé les habitudes et les rythmes et déplacé des ateliers et des débats en soirée.
Nous avons désamorcé des tensions par le vecteur de l’alimentation et des repas pris ensemble.
Nous avons investi un lieu nouveau pour l’équipe.
Nous avons résolu des casse têtes de répartition des groupes dans les hébergements.
Nous avons essayé de créer des croisements entre différents projets de groupes accueillis.
Nous avons remobilisé des participants qui n’étaient venus que pour les facilités d’hébergement.
Nous avons innové en cuisine en créant des gaspacho, des limonades maisons, des smoothies...
Nous avons agi pour placer au centre dans les relations la parole, la pensée et le verbe.
Nous avons consolidé l’accompagnement des accompagnateurs.
Nous avons rajeuni l’âge moyen des participants.
Nous avons crée des rencontres entre collégiens accueillis sur des lieux différents.
Nous avons expérimenté le faire équipe hétéroclite.
Nous avons cultivé le plaisir de manger, de jouer, de créer.
Nous avons fait le pari de l’accueil en gestion directe comme un des piliers de réussite du projet.
Nous avons pris le risque d’accompagner un spectacle en le découvrant avec les participants.
Nous avons fait l’expérience d’être une équipe nouvelle.
Nous avons joué à deviner le plat que nous allions mangé dans la journée.
Nous avons précisé nos manières d’accueillir en fonction des besoins et de la vie des groupes.
Nous avons fait le pari de la convivialité dans un lieu aux proportions démesurées.
Nous avons fait existé la magique de la rencontre des groupes.
Nous avons élaboré la grille de séjour sur place avec les groupes de jeunes.
Nous avons placé la nécessité de faire des choix au centre du projet d’accompagnement.
Nous avons suscité la curiosité, invité à sortir et partir à la découverte.
Nous avons cultivé l’émulation dans l’équipe.
Nous avons fait vivre des espaces pour des rencontres inter-générationnelles.
Nous avons pensé l’esthétique des réunions d’équipe pour qu’elles nous mobilisent et nous éveillent.
Nous avons osé emmener des jeunes de 11 ans aux « dialogues artistes et publics ».
Nous avons été heureux de les voir prendre la parole dans cet espace public.
Nous avons pris le risque de choisir des spectacles du festival pour des jeunes de 12 à 14 ans.
Nous avons préservé la solidarité entre les projets, les lieux et les équipes.
Nous avons agi par notre présence et nos propositions pour la création de liens.
Nous avons fait le pari de la formation.
Nous avons tenté le diable.
Nous avons tout expérimenté. »




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles