Tous les articles de :
  • Mylène Dennery

  • 29/05/2017
    Activité musicale au périscolaire

    Mylène Dennery


    Il semblerait que dans un premier temps, domine le plaisir de discerner dans notre environnement sonore ce qui est de notre fait, le résultat de notre action, notre impact sur notre milieu. Cette première étape franchie, et seulement à cette condition visiblement, l’enfant peut ensuite s’intéresser au collectif dont il fait partie et aux potentialités que cela lui ouvre en termes de création musicale.

    Lire le sommaire et commander le Ca n°98

    Un rapide regard par-dessus l’épaule de Quentin, qui travaille seul sur l’ordinateur, m’informe qu’il est déjà temps de ranger. L’horloge à l’écran indique 16h 20. Les temps d’activités périscolaires se terminent à l’école Prévert. Je lui glisse la remarque à l’oreille, mais il ne m’entend pas. Est-ce parce qu’il porte un casque et que les sons qu’il est en train de bidouiller avec le logiciel couvrent ma voix ? Un deuxième coup d’œil sur son écran m’informe qu’il ne diffuse pas de sons. Quentin m’entend donc, mais ne m’écoute pas : il est trop concentré sur sa tâche, et son oreille, sélective, a certainement choisi de retenir l’information qui lui plaisait le plus. À ce moment-là, je marque une hésitation : il est préférable de préparer Quentin à la fin proche de son activité, pour favoriser un rangement dans des conditions paisibles et amorcer la transition vers le moment suivant. En même temps, il m’est difficile d’interrompre cette attention et ce plaisir ostensibles. Je choisis un entre-deux : prévenir Quentin plus tard, en me dirigeant vers un autre groupe d’enfants.

    JOUER AVEC LES SONS, APPRIVOISER LA TECHNIQUE
    Hanaa et Selma sont en train de jouer avec le lecteur d’échantillons. Sur les 8 pads du lecteur d’échantillons, nous avons paramétré des sons enregistrés par des enfants lors d’autres ateliers, et nous utilisons également les sons fournis par la banque de l’appareil. La prochaine étape serait d’inviter les enfants à enregistrer leurs sons, de les sélectionner et de les importer sur l’appareil, ce qui leur permettrait de jouer avec leur matière sonore. Cela appelle quelques contraintes, de travailler avec les enfants : normaliser les sons ; éliminer les plages vides au début du fichier pour que le son démarre dès l’appui sur le pad ; vérifier que le son se diffuse bien sur les deux canaux gauche et droit ; éventuellement procéder à des fondus en ouverture et en fermeture. Si les enfants ont rapidement compris le fonctionnement technique du lecteur d’échantillons, ils ont montré des difficultés à composer des « musiques » à plusieurs, en se répartissant les pads, en suggérant des associations ou transformations de sons, en créant des modulations et des enchaînements. Est-ce dû à la nature des sons qui ont été programmés  ? Au nombre trop important d’enfants autour de l’appareil ? Au-delà de ces facteurs, il semblerait que dans un premier temps, un enfant, comme un adulte d’ailleurs, soit tenté de s’écouter soi-même avant de se préoccuper de la musicalité du rendu collectif. C’est le plaisir de discerner dans notre environnement – sonore, en l’occurrence – ce qui est de notre fait, le résultat de notre action, notre impact sur notre milieu. Cette première étape franchie, et seulement à cette condition visiblement, l’enfant peut ensuite s’intéresser au collectif dont il fait partie et aux potentialités que cela lui ouvre en termes de création musicale.

    DE L’EXPÉRIMENTATION SONORE VERS LA COMPOSITION

    À ce que je vois et j’entends de Selma et Hanaa, je crois qu’elles sont déjà dans cette dynamique là  : elles appuient chacune, en rythme, sur des pads différents et agitent la tête en rythme également. Selma a même une main sur le casque. Elles se donnent des indications. Et à mon approche elles m’invitent à écouter ce qu’elles ont fait ! Le répartiteur de casques, branché à l’appareil, permet à quatre personnes d’écouter en même temps. Je branche donc mon casque à l’appareil, je monte mon volume, et elles recommencent leur morceau. Oui, c’est un morceau, car elles se sont souciées d’une certaine construction – à défaut d’avoir une véritable fin, leur proposition musicale a au moins une intro. Je leur demande comment elles ont choisi ces sons-là, cet ordre-là ; ce qui m’intéresse, c’est le passage de l’expérimentation sonore à la composition.

    DE LA GESTION DU TEMPS ET DES FRUSTRATIONS
    À la fin de cette courte conversation, j’arrive à leur glisser qu’il est l’heure d’arrêter l’activité et je leur propose de ranger. Hanaa et Selma s’exécutent – distraites une minute par Ruben, Raphaël et Baptiste, tout juste revenus de leur pêche aux sons. Ils en ont enregistré une dizaine et souhaitent les écouter avant de partir. Je râle : il est 16h 26, nous sommes déjà en retard ! Mais quel intérêt y aurait-il à reporter l’écoute de ces sons à la séance prochaine ? La frustration engendrée ne comporte pas pour moi d’intérêt éducatif : les enfants ne vont pas savoir si leurs enregistrements sont bons, ils risquent de ne pas en tirer de conclusions et ont toutes les chances de recommencer les mêmes erreurs la prochaine fois ; ils ne vont peut-être même pas se souvenir de leurs sons, quelle envie auront-ils de les exploiter ? Je cède – de toute manière, comme j’ai travaillé à l’autonomie des enfants avec le matériel... ils ont déjà branché le répartiteur de casques sur l’enregistreur et sont tous prêts à écouter le premier son. Il ne me reste qu’à garantir que cette écoute soit qualitative et constructive. Ruben, Raphaël et Baptiste ne maîtrisent pas bien l’enregistreur encore. Leurs enregistrements involontaires nous permettent au moins d’évaluer l’impact des consignes données : les enfants sont soucieux de coiffer le micro d’une bonnette pour éviter les bruits parasites du vent et du souffle ; ils répètent aux quelques enfants croisés par-ci par-là qu’il ne faut pas crier dans les micros, sous peine de faire mal à la personne qui porte le casque ; ils se fâchent mutuellement parce que l’un d’eux a laissé traîner le câble par terre. Effectivement, souffles, craquements et saturation sont les parasites que nous entraînons les enfants à reconnaître. Nous constatons également qu’ils s’approprient à leur manière et à leur rythme ce vocabulaire technique complexe, en reprenant ceux qui n’emploient pas les bons termes, et en riant largement des « bonnettes à poils » – bonnettes spéciales pour les prises de son à l’extérieur, également appelées « Rycote ». À l’issue de l’écoute, j’indique au trio qu’il leur faudra renommer leurs sons en fonction de leur contenu pour les retrouver facilement, et supprimer les sons inutilisables. Le tri et l’indexage font pleinement partie de la démarche. Baptiste propose à Quentin de rajouter à son montage sonore quelques-uns des enregistrements que le trio vient de faire. Quentin accepte. Au prochain atelier, mon rôle se bornera à leur rappeler qu’ils peuvent se mettre à deux sur l’ordinateur pour bidouiller et assembler ensemble les sons. À les accompagner dans leur projet en leur suggérant de nouvelles bidouilles ou des astuces sur le logiciel. Et à leur redire qu’à tout moment, ils peuvent agrémenter leur montage sonore de nouveaux enregistrements, inviter un camarade à les rejoindre ou jouer sur le lecteur d’échantillons. Vient donc enfin le temps du rangement. Là encore, les enfants se sont progressivement approprié les consignes pourtant précises et complexes du rangement de matériels audio, comme baisser tous les volumes avant d’éteindre ou plier les câbles sans faire de vrilles. Notre rôle ici est triple : garantir la sécurité de chaque enfant en évitant les accidents sonores, préserver ce matériel aussi longtemps que possible et veiller à ce que ce temps, comme tous les autres, soit support d’apprentissage pour les enfants.

    Lire le sommaire et commander le Ca n°98

    www.109montlucon.com
    Depuis septembre 2014, le 109, Scène de Musiques Actuelles de Montluçon (03) propose chaque semaine dans les écoles montluçonnaises des ateliers autour du son : les Ebullissons. Ces ateliers ont lieu lors des temps d’activités périscolaires coordonnés par la Ville de Montluçon. En collectant, assemblant et bidouillant des sons, les enfants jouent, expérimentent voire composent avec la matière sonore, et peuvent en comprendre certains principes physiques. À partir de septembre 2015, une séance est dédiée à la rencontre avec le groupe alliérois la Reine Mab. Deux de ses musiciens font découvrir aux enfants leur univers musical, les instruments incongrus dont ils se servent pour jouer, et les guident dans leurs premiers pas avec la Musique Assistée par Ordinateur.



    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    [()] [()] [()] [()] [()]
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE 2017
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Médias, éducation critique et engagement citoyen
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles