28/08/2017
Introdution au VST n°135 "Dossier enfance - handicapée : les limites de l’inclusion"

Dossier coordonné par François Chobeaux et Carine Maraquin


Puisque l’insertion est une pratique contraignante- car on insère en forçant -, décrétons l’inclusion comme pratique douce et naturelle, et humaine, et... Comme si changer les mots allait changer les pratiques. Mais comment inclure dans une société excluante, dans une école excluante ? Comment inclure si naturelle¬ment celui qui fait peur ou qui dérange ? Comment inclure sans nier, donc en formant, en soutenant, en accompagnant les acteurs proches ? Et inclure à tout prix en postulant que les institutions spécialisées sont radicalement et définitivement mauvaises, est-ce une issue ? Et si inclusion rimait parfois avec maltraitance, avec négation du sujet ?

Lire et voir le sommaire du n°135 de la revue Vie Sociale Traitements - Dossier enfance handicapée : Les limites de l’inclusion -

Ce sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre, et cela risque de durer car aujourd’hui, en France, l’enfance handicapée n’est pas « incluse » dans les cursus de droit commun, bien loin de là. À se demander si l’inclusion - encore faudrait-il déjà s’entendre sur le mot, et sur le « degré » d’inclusion dont il est question pour chacun - correspond réellement à un souhait partagé, à la fois du point de vue des volontés politiques et sociales, des acteurs concernés [1], des associations, des parents, et de ses destinataires directs, enfants et adolescents. Le rêve de « fondre » le handicap dans une approche de la différence où les stigmates ne seraient que des nuances du vivant nous ramène au normal et au pathologique de Canguilhem. Et cette histoire est vieille comme le monde : le différent fait peur, inquiète, intrigue, alors l’homme lui donne des contours, l’explore, essaie de le contrôler, de l’amoindrir.
« Fondre » le handicap ne doit pas revenir à le « noyer », même si c’est « dans la masse ». La différence, c’est la diversité de la nature humaine. Nous, humains, incarnons ces différences. Nous sommes une espèce vulnérable [2], qui tire honneur ou honte du sort qu’elle réserve à ses congénères les plus fragiles. L’éthique est appelée sans parcimonie à la rescousse des conflits qui s’ouvrent, mais elle est souvent utilisée plutôt comme outil de réflexion que comme outil d’action. Pourtant, « la visée d’une vie bonne avec et pour les autres dans des institutions justes » (P. Ricceur) appartient très directement aux personnes qui dépendent d’institutions pour faire valoir leurs droits et pour prétendre à une vie paisible, voire au bonheur, même si elles sont touchées par le handicap. Qui d’autre que la personne elle-même, et son entourage, peut dire si elle se sent « à sa place » avec ses particularités ? Qui d’autre pourrait attester d’une « inclusion » véritable ? La réflexion éthique perd de son utilité si elle devient l’apanage des penseurs ; elle reste vivante si les personnes accompagnées se l’approprient. Stanislas Tomkiewicz incarnait ce courant, de toute sa modestie. Les questions éthiques se posent ainsi dans tous les lieux d’accueil de la jeunesse, où le handicap s’immisce maintenant.
À cette question du souhait d’inclure, toutes les réponses s’entendent. La France a l’originalité, et sans nul doute la chance, d’offrir une palette de réponses pour les enfants handicapés. La loi française, mais aussi et surtout européenne, dicte le libre choix de vie pour les familles. Leur application devrait voir des familles pouvoir choisir entre plusieurs systèmes possibles ; il n’en est toujours rien. Pourtant la loi française date de 2005, celle de l’Europe de 2006, ratifiée en 2010 par la France. Encore que la nouvelle loi de protection de l’enfance de 2016 vienne complexifier la situation en mettant en avant « l’intérêt supérieur de l’enfant » tout en ne tranchant pas sur qui est le plus habilité à en décider et sur la gestion des différences de points de vue, sauf à renvoyer la décision au juge dont on pense qu’il saura s’informer avant de trancher.

Des défenseurs de la liberté s’insurgent contre l’absence de possibilité de choix. Des défenseurs de la loi s’insurgent contre son irrespect, parfois ostentatoire. Des défenseurs des enfants s’insurgent contre la maltraitance parfois faite aux enfants quand les institutions chargées de les accueillir et de les protéger les voudraient chacune à une autre place. D’autres défenseurs de ces enfants pensent qu’un enfant polyhandicapé/autiste/tétraplégique... n’a pas sa place à l’école, et que l’école n’étant pas faite pour lui, il risque de s’y sentir maltraité. D’autres pensent que la place de tout enfant est d’être à l’école puisque, institution nationale, elle est « l’école de tous » », et qu’elle doit donc s’adapter à tous les enfants vivant en France pour être et rester digne de ce nom.

Lire et voir le sommaire du n°135 de la revue Vie Sociale Traitements - Dossier enfance handicapée : Les limites de l’inclusion -


Notes :

[1] Professionnels liés à l’enfance et à la santé, enseignants, soignants, éducateurs...

[2] C. Gardou, La société inclusive, parlons-en ! Il n’y a pas de vie minuscule, Toulouse, érès, 2012.




00. La présentation des Ceméa et de leur projet
01. Qui sommes-nous ?
02. Historique des Ceméa
025. Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
026. Contactez-nous
027. Les Ceméa en action
03. Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
05. Groupes d’activités
06. Fiches d’activités
25. Répertoire de ressources (Archives)
30. Textes de références
35. Les grands pédagogues
40. Sélection de sites partenaires
45. Textes du journal officiel
50. Liens
01. Vers l’Education Nouvelle
02. Cahiers de l’Animation
03. Vie Sociale et Traitements
10. Les Nouveautés
20. Télécharger
le catalogue
31. Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles