Drame humanitaire en Méditerranée - Lettre ouverte au président

Les Ceméa, en tant que membres de Solidarité Laïque et de Coordination Sud soutiennent les positions de ces collectifs. Ils réaffirment avec eux le rôle prépondérant des ONG dans l’organisation de solidarités face aux drames vécus en méditerranée par les personnes poussées à l’exil et dans leur veille exercée pour la défense des droits humains. A travers une lettre ouverte au président de la République, ils dénoncent l’opprobre jetée sur les associations et rappellent la responsabilité des Etats dans la prise en charge des situations d’urgence et leur demande de mettre en place des solutions légales. Un communiqué de presse relaie aussi le soutien des membres de ces collectifs à l’Aquarius, navire affrété par SOS méditerrannée (organisation européenne de sauvetage en mer) dans ces actions. Ce communiqué vous permet également de manifester votre soutien en relayant les messages twitter ci-dessous dénonçant cette situation.

 Lettre Ouverte au Président de la république

Drame humanitaire en Méditerranée - Lettre ouverte au président
Communiqué de presse D rame humanitaire en Méditerranée : l’Europe fait l’autruche et s’en remet à l a Libye

Monsieur le Président,

Nos organisations, et l’ensemble de la communauté des ONG françaises ont été particulièrement choqués de vos propos à leur égard. Au-delà de leurs 250.000 militants bénévoles, salariés et volontaires, ce sont des millions de citoyens soutenant par leurs dons nos actions qui sont heurtés par vos accusations récentes au sujet des sauvetages en mer des migrants.

Monsieur le Président, le premier rôle d’une ONG humanitaire est de sauver toute vie lorsque celle-ci est en péril, sans aucune distinction et cela ne peut se négocier. La solidarité ne divise pas. Elle ne peut sélectionner les personnes auxquelles elle se doit de porter secours. Ou alors, ce n’est plus de la solidarité.

C’est le rôle des Etats d’assurer des voies légales et sûres pour la migration et l’accueil des personnes en danger. C’est le rôle de notre pays que de continuer à porter une parole courageuse, rappelant que le phénomène migratoire est historique et qu’il contribue souvent positivement au développement économique et à la richesse culturelle de nos civilisations. C’est le rôle de notre pays enfin que de porter une voix généreuse et d’assumer enfin cette solidarité non négociable parce que cela a toujours été sa vocation.

Et nul ne peut faire porter sur les ONG la responsabilité des échecs tragiques de la communauté internationale à rétablir la paix au Moyen Orient ou en Afrique. Nul ne peut faire porter aux ONG la responsabilité de la pauvreté endémique qui continue de miner des territoires entiers en Afrique subsaharienne ou l’accroissement abyssal des inégalités partout dans le monde y compris dans nos territoires. Les ONG ne sont pas responsables du volume scandaleux de l’évasion fiscale qui mine le développement de nombre de pays. Elles ne sont pas plus responsables de l’accroissement du réchauffement climatique qui met sur les routes de l’exil nombre d’hommes et de femmes dont les territoires de vie deviennent proprement invivables.

Monsieur le Président, nos organisations militent et agissent au quotidien et dans des conditions de plus en plus difficiles, pour apporter assistance aux personnes en danger, pour tisser des liens de solidarité et de coopération entre les peuples et avec ceux de nos propres territoires. Elles portent et appellent sans cesse à la responsabilité collective pour réduire les inégalités et la pauvreté, engager les transitions écologiques et démocratiques nécessaires et investir dans le dialogue entre les peuples. Ces actions permettent le plus souvent de réduire les fractures, d’apaiser les tensions, de faire renaitre l’espoir et de contribuer à la paix au moment où les discours de haine, de peur et de défiance envahissent les relations internationales.

Monsieur le Président, nous sommes entrés depuis quelques années dans un contexte européen et mondial qui voit, mois après mois, le basculement de pays lointains et bien plus proches vers des régimes de plus en plus autoritaires et liberticides. Dans un nombre croissant de pays, tous les jours des lois sont votées, des directives données pour réduire la liberté de parole de la société civile, pour restreindre le droit d’association, voire pour criminaliser tout engagement associatif. Ainsi le recul des droits humains s’accentue et celui de la capacité à s’en indigner régresse tout autant. Chaque pouce perdu sur ce terrain est un revers pour tout ce qui a fait notre histoire et pour les valeurs qui fondent nos propres institutions.

C’est une lame de fond qui nous alerte au plus haut point, et oblige tous les démocrates convaincus que l’heure désormais doit être à la résistance et à la fermeté sur le terrain des droits humains et de l’aide humanitaire parce que c’est un impératif consubstantiel de ce que sont nos sociétés. La France peut et doit porter cette voix dans le monde, et éviter d’ajouter par des déclarations intempestives, de la confusion à la confusion. Faute de quoi, cette tendance risque de également de nous emporter.
Aussi, au-delà de la dureté de vos propos et de leur injustice profonde à notre égard, le plus tragique est que vous contribuez à encourager tous les ennemis des droits humains dans le monde et en Europe, nourrissant ainsi ceux que vous avez-vous-même combattus.

Monsieur le Président, nos causes sont justes et ont plus que jamais besoin du soutien de la République.

 L’Aquarius repart en mer

Tribune : L’Aquarius repart en mer

L’Aquarius repart en mer, et nous, signataires, soutenons sa mission.
Nous sommes tous #onboardAquarius

Depuis début juin 2018, tandis que les navires humanitaires sont empêchés de sauver des vies et éloignés de la zone de sauvetage au large des côtes libyennes, la Méditerranée centrale compte au moins 717 nouvelles victimes.(chiffre de l’OIM- Organisation Internationale pour les Migrations) au 19 juillet).

L’Aquarius, le navire affrété par l’organisation européenne de sauvetage en mer SOS MEDITERRANEE, repart en mer car des êtres humains continuent à perdre la vie en tentant de fuir l’enfer libyen. Il repart en mer car le sauvetage est son devoir, sa responsabilité, sa mission et celle des marins à son bord. C’est aussi le devoir de tous les autres bateaux qui naviguent en Méditerranée centrale et de leurs équipages. Aujourd’hui, les navires dédiés à la recherche et au sauvetage d’embarcations en détresse sont en nombre plus insuffisant que jamais.

L’Aquarius repart dans les eaux internationales, au large de la Libye parce qu’il en a le droit et que l’aide qu’il peut apporter est efficace, professionnelle et humaine.

Certains disent qu’il serait complice du drame humanitaire qui se déroule en Méditerranée, c’est faux. Son seul et unique objectif est de sauver des vies en mer : empêcher que des femmes, des hommes et des enfants ne se noient. Toutes ses actions sont guidées par un seul impératif ancré dans le droit maritime international : secourir les personnes en danger de mort dans les eaux internationales le plus vite possible. Et les conduire, dans les meilleurs délais, vers un lieu sûr et proche, où elles puissent obtenir la protection à laquelle elles ont droit, où leurs besoins seront assurés et leurs droits garantis.

L’Aquarius s’engage à toujours coordonner ses actions avec les autorités maritimes, quelles qu’elles soient, comme il l’a toujours fait par le passé. Il s’engage à suivre toutes les instructions qui ont pour seul but le sauvetage dans le respect des conventions maritimes internationales. En toutes circonstances, il se référera à son devoir supérieur de porter assistance.

De fait, si ayant connaissance d’une embarcation en détresse, l’autorité maritime compétente lui donne ordre de ne pas s’approcher ni assister, il ne se conformera pas à ces instructions de non-assistance à moins d’avoir la certitude que tous les autres moyens disponibles sont mis en œuvre pour sauver les personnes en danger et pour les mettre à l’abri dans un lieu sûr.
De même, s’il reçoit instruction d’attendre alors que le danger est imminent et qu’il a la possibilité de sauver des personnes d’une noyade certaine, il ne pourra pas attendre.
Enfin si on lui ordonne de débarquer les personnes secourues dans un port de Libye, ou de les transborder vers un navire qui les ramènerait vers l’enfer qu’elles fuient, il s’y refusera toujours. La Libye ne peut en aucun cas être considérée comme un lieu sûr.

L’Aquarius repart en mer

Malgré lui, l’Aquarius est devenu un symbole de la solidarité maritime. Il prétend être les yeux et les oreilles des citoyens qui, comme lui, considèrent qu’en mer comme à terre, secourir ceux qui sont en danger prévaut sur toute autre considération.

Alors que ce principe fondamental et reconnu est remis en cause en Méditerranée centrale, l’Aquarius s’engage à rendre public, dans la plus grande transparence, tout ce dont il sera témoin en mer. Il s’engage également à dénoncer tout ce qui irait à l’encontre des règles du sauvetage en mer définies depuis plusieurs décennies par les conventions maritimes internationales.

L’Aquarius repart en mer.
Nous sommes tous #onboardAquarius

  Action Twitter dès que possible : nous vous demandons votre soutien dans le relais de nos messages sur Twitter

Voici des suggestions de messages :

#Migrants #Sauvetage Les #ONG heurtées par les propos d’ .@EmmanuelMacron à notre lettre ouverte est signée par plus de 70 organisations #StopalAmalgame

#Migrants #Sauvetage .@EmmanuelMacron le 1er rôle d’une #ONG Humanitaire est de sauver toute vie lorsque celle-ci est en péril #StopalAmalgame

#Migrants #Sauvetage .@EmmanuelMacron les #ONG ne font pas le « jeu des passeurs », elles sauvent des vies en toute neutralité, impartialité avec humanité #StopalAmalgame

#Migrants #Sauvetage .@EmmanuelMacron la France doit porter la voix des #droitshumains dans le monde, ne pas ajouter de la confusion à la confusion par des déclarations intempestives #StopalAmalgame

#Migrants #Sauvetage .@EmmanuelMacron Nous ONG attendons de vous un soutien sans ambiguïté, plein et entier #StopalAmalgame

#Migrants .@EmmanuelMacron le #sauvetage devenu quasi impossible : les ONG tirent la sonnette d’alarme et protestent contre les entraves à leur action contraires au droit international humanitaire http://bit.ly/2LSeoY2

#Migrants la plupart des ONG ont été contraintes d’arrêter leurs opérations, rendant la Méditerranée encore plus dangereuse http://bit.ly/2LSeoY2

#Migrants #Sauvetage Face au drame humanitaire en Méditerranée, l’Europe fait l’autruche et s’en remet à la #Libye à @Coordinationsud est indignée, voir notre CP http://bit.ly/2LSeoY2

#Migrants #Sauvetage l’Europe fait l’autruche et s’en remet à la #Libye connue pour ses violations aux droits humains : une attitude lâche et irresponsable pour .@PhilippeJahshan http://bit.ly/2LSeoY2

#Migrants l’impératif humanitaire de sauver des vies doit primer sur les intérêts politiques de l’UE. Le #sauvetage en mer par les ONG doit être sanctuarisé http://bit.ly/2LSeoY2


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)