Attention : risque majeur de privatisation de l’éducation mondiale !

Avec la crise du coronavirus, de nombreux acteurs de la société civile redoutent que les “marchands de l’éducation” ne s’engouffrent dans l’opportunité offerte par cette crise. Un sujet à hauts risques qui pourrait transformer l’éducation comme un simple marché et pénaliserait une nouvelle fois les plus pauvres.

“ La Coalition mondiale pour l’éducation lancée par l’UNESCO vise à favoriser les possibilités d’apprentissage inclusif pour les enfants et les jeunes en cette période de perturbation soudaine et sans précédent de l’éducation. “ Elle rassemble les Etats, des organismes multilatéraux ( Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés, Programme Alimentaire mondial.. ou encore Education Cannot Wait), mais aussi des acteurs du secteur privé : spécialistes du numérique et de la gestion des données.

S’il est incontestable que l’enseignement à distance fait partie des réponses à apporter à la crise, l’invitation tardive de la société civile, au-delà des entreprises, nous questionne : comment envisager « une coalition mondiale pour l’éducation » sans la communauté des apprenants et des enseignants ?

Lire l’ensemble des analyses, initiatives lancées sur le site de Solidarité laïque, dont les Ceméa sont membres.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)