Pour une société solidaire : appel à voter pour le candidat en capacité d’empêcher le Front National et son projet d’extrême droite d’accéder au pouvoir

Le 1er mai 2002, il y a 15 ans, nous étions un grand nombre de militants des CEMÉA à attendre avant de pouvoir nous mettre en mouvement, pour participer à une marche afin de montrer notre indignation et notre refus, après les résultats du 21 avril, qui avaient placé Jacques Chirac en première position et Jean-Marie Le Pen, en deuxième position...

La
répartition des votes du 23 avril 2017 est pour partie le résultat d’une volonté de nombre de citoyens : si vivre une deuxième fois le traumatisme du 21 avril 2002 était une nouvelle annoncée et
une épreuve à subir encore une fois, il n’était pas question d’accepter d’être complices d’un traumatisme plus ample, en laissant faire et en permettant à Madame Le Pen et à son Front dit national d’arriver en première place. Mais le pire peut toujours advenir, même s’il n’est pas certain. Quelques - uns l’appellent - ils dans l’obscurité de leurs yeux fermés ?
Cette spirale du pire doit être dénoncée et refusée.
Il faudrait que tous ceux qui veulent se porter candidat pour des responsabilités électives et
collectives, ainsi que leurs électeurs s’interrogent vraiment sur ce que cela représente
. Gouverner,
c’est composer avec les autres, dont les intérêts sont contradictoires, sinon antagoniques. Aussi,
gouverner en ayant un souci impérieux du bien commun, suppose d’avoir accès à la compréhension
de ce qu’est le bien commun, et de ce qui ne l’est pas.

Cette éducation et ses démarches restent à penser et à mettre en œuvre en relation avec le monde
actuel, afin que les individus et les groupes fragmentés
contemporains, qui révèlent la difficulté de
faire société,
parviennent à des accords constructifs avec les autres et pour tous. C’est urgent. Il faut
commencer tout de suite.
Si nous ne nous mettons pas au travail, les propos qui appellent à la brutalisation de l’existence et
des rapports sociaux, par une politique d’épuration de toutes celles et ceux qui sont assimilés à des scories de l’humanité, continueront à faire des émules, car ils manipulent les angoisses archaïques de
l’être humain, en excitant en lui ses rancœurs et ses envies destructrices. Car tel est le programme d’extrême droite
du Front National. Il faut donc voter résolument contre toute organisation, contre
tout meneur dissimulant ses visées,
pourtant explicites dans bien des propos tenus, mais pas perçues
pour ce qu’elles sont. Ne les laissons pas décider du
pire pour nous, comme pour eux.

Nous nous rappelons que
les CEMÉA
accordent
à chaque être humain une égalité fondamentale de
dignité
, quel que soit son territoire d’
origine ou
d’accueil, quel que soit son âge, quel que soit
son genre.
C’est notamment sur cette reconnaissance qu’ils
fondent
chacune de
leurs actions.

C’est pourquoi, les CEMEA appellent à voter le 7 mai prochain pour le candidat en capacité
d’empêcher le Front National et son projet d’extrême droite d’accéder au pouvoir.

Communiqué des Ceméa, suite à la réunion de leur Conseil d’administration national, ce samedi 29 avril 2017


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)