Cette page est en travaux, veuillez vous diriger ici vers le site des publications

10€
+ frais de port

En 2016 et 2017, 29 personnes du réseau national français des Ceméa ont bénéficié de trente-neuf mobilités dans le cadre du programme Erasmus+, formation des personnels. Ce dossier met en évidence diverses observations et enseignements émanant de cinq mobilités en Belgique, Allemagne, Italie, Danemark et Hongrie sur le thème de « la vie en plein air, condition d’épanouissement du jeune enfant de zéro à six ans ».

Nous avons engagé pour cela une recherche-action et observé la mise en pratique de projets qui intégraient la vie en plein air de jeunes enfants. Il s’avère, quels que soient les parcours et les spécificités, que les enseignements renvoient autant à des questions propres aux pays qu’aux représentations de chacun.e. sur les tranches d’âges selon lesquelles il ne faudrait pas mettre un tout-petit dehors, le rapport au temps passé à l’extérieur selon la saison, la météo et le rapport écologique et environnemental à la nature. Nous partions du constat qu’en France, la vie en plein air fait l’objet d’une législation importante sur cette tranche d’âge, sous prétexte qu’il ne faut pas leur faire prendre de risque, ce qui, en soi pour des éducateurs, pose déjà question.
Les professionnels français ne pourraient-ils plus prendre de risque avec les enfants dont ils ont la charge ? Il y a trente ans, nous pouvions cueillir des fruits dans la nature pour faire une tarte et la déguster avec le groupe d’enfants, nous mesurions les risques et les enfants n’étaient pas plus en danger. Les notions de risque et de danger seraient-elles, en France, aujourd’hui d’un autre ordre et réservées aux parents ?
Précisons que nous avons mené notre recherche dans le souci de protéger les enfants qui nous sont confiés et de devoir bien distinguer ce qui peut être de l’ordre de la mise en danger et ce qui relève de la prise de risque, situations qui n’ont absolument pas le même sens. Les échanges et les rencontres entre les participant.e.s et les accueillant.e.s.,ont permis d’élucider les différences et des particularités.
Comme tout voyage, la rencontre de l’étranger, de l’ailleurs, bouscule nos convictions et nos représentations. Cela n’est pas sans incidence sur ce que nous observons. Comprenons nous ce que nous voyons ou parfois ne sommes-nous pas amenés à ne voir que ce que nous comprenons ?

Votre Panier
0 article(s) ajouté(s)
Visualiser votre panier

Ici, Pour une commande en ligne
A Partir du n°537

N' utilisez ce Panier que pour les numéros antèrieur au 537

 Ajouter au panier
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN