communiqué suite à l’intervention de Gordon Brown à Paris le 22 février 2011.
Gordon Brown : l’éducation est au cœur de la reprise économique, 200 défenseurs de l’éducation réunis à Paris pour l’Assemblée mondiale de l’éducation

A l’occasion de la conférence publique de la Campagne mondiale pour l’éducation à Paris aujourd’hui, co‐organisée par Solidarité Laïque, devant plus de 200 militants de l’éducation du monde entier, l’ancien Premier ministre Gordon Brown
a appelé les dirigeants mondiaux à investir dans l’éducation, qui est selon lui le « coeur » de la reprise économique
mondiale.

G. Brown, qui copréside le Panel de haut niveau de la Campagne avec Graça Machel, a affirmé : « Nous sommes
réunis ici non seulement pour défendre ensemble l’Education pour tous, mais aussi avec la certitude que la reprise
économique mondiale ne pourra se faire que lorsque l’Education pour tous sera atteinte et que l’emploi et la justice
seront garantis pour tous. Il n’existe aucun investissement plus utile que celui qui concerne la vie des enfants. »

72 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés, et chaque année 100 millions d’autres abandonnent leurs études au bout de la
première année parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer les frais de scolarité. Pour permettre à chaque enfant d’aller à l’école, il
manque 16 milliards USD, un déficit de financement chronique.

La campagne interpelle le président Sarkozy et le gouvernement français, qui accueillent les sommets du G8 et G20
cette année, afin qu’ils relèvent la place de l’éducation dans l’agenda mondial
, et dans l’espoir de trouver des modes
innovants de financement pour ce secteur. Gordon Brown participera, aux côtés de la Campagne mondiale pour
l’éducation, à l’élaboration d’un rapport complet sur l’éducation et le développement économique, afin d’identifier les
principaux problèmes à surmonter pour permettre à chaque enfant dans le monde d’aller à l’école et de s’instruire.

Les responsables des campagnes nationales pour l’éducation venant de pays aussi divers que le Yémen, l’Afghanistan,
l’Egypte ou la Côte d’Ivoire, sont également présents à la conférence pour définir les plans des coalitions nationales de
l’éducation et obliger les responsables politiques à honorer leurs promesses d’éducation pour 2015.
Ahmed Badawy, de la coalition égyptienne pour l’éducation, a affirmé que : « Les enfants d’Egypte et du Moyen‐Orient ont été trahis par leurs dirigeants qui ne leur ont proposé que des possibilités limitées d’instruction et d’emploi. La
colère et la frustration générées par cette situation ont joué un rôle dans les changements spectaculaires survenus au
cours des dernières semaines dans la région. En Egypte, l’inégalité entre les écoles des grandes villes et des
campagnes reste très marquée, et encore aujourd’hui, dans certaines régions du pays, les filles ne sont pas
scolarisées. »

Cette rencontre est la plus grande réunion publique sur l’éducation (où l’absence du ministère français de l’Education nationale a
été remarquée), et permettra à la Campagne mondiale pour l’éducation de confirmer ses priorités pour les trois ans à venir, et de
continuer à lutter pour la scolarisation des filles dans le primaire et le secondaire. On estime que 171 millions de personnes
pourraient échapper à la pauvreté si elles quittaient l’école munies des compétences de base en lecture. Nous espérons que
l’Assemblée contribuera à renforcer l’union des groupes de militants dans les pays en développement, afin que les investissements
pour l’éducation s’amplifient dans ces pays pour parvenir à scolariser tous les enfants à l’horizon 2015.

Selon Kailash Sathyarti, président de la Campagne mondiale pour l’éducation : « Cette rencontre est la plus importante de toute
l’histoire de la campagne. Il reste encore énormément à faire pour améliorer le niveau d’éducation dans le monde ; c’est l’occasion
pour la Campagne mondiale pour l’éducation, et la centaine d’organisations issues de plus de 100 pays qui la composent, de se
mobiliser pour obtenir des avancées majeures dans les années à venir. »

Dominique Thys, président de Solidarité Laïque : « La question de la qualité de l’éducation, de la qualité des systèmes éducatifs qui
devraient en découler ne doit pas occulter quelques données quantitatives qui relèvent du scandale et de l’injustice. Comment ne
pas être révolté par les 72 millions de jeunes qui ne vont pas à l’école, par les 780 millions d’adultes encore analphabètes alors que
le monde n’a jamais été aussi riche et ce malgré la crise économique qui frappe les plus démunis depuis 2007, engendrant une crise
sociale sur fond de crises géopolitique et écologique.

La rencontre se déroule jusqu’au dimanche 27 février.


23/02/2011




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN