Divers parutions
Lycéens en Avignon 2011 : les élèves et enseignants au Festival


L’opération "Lycéens en Avignon" a per­mis à des lycéens et appren­tis issus de toute la France d’assister au Festival orga­nisé dans la Cité des Papes.


 Educpro : Montée en puissance de l’opération « Lycéens en Avignon »

Article paru sur le site EDUCPRO

Pendant le festival d’Avignon, les initiatives tournées vers les jeunes foisonnent. Gros plan sur « Lycéens en Avignon », une opération qui permet chaque année à des lycéens et apprentis de se rendre à la Cité des papes pendant le festival. Les bénéficiaires sont passés de 30 en 2004 à 800 en 2011. EducPros s’est rendu sur place pour comprendre les clés de ce succès.

L’opération « Lycéens en Avignon » prend chaque année un peu plus l’ampleur. Ses deux premiers objectifs affichés consistent à « proposer aux groupes d’élèves un parcours éducatif de formation du spectateur » et à « former le regard critique à travers des […] ateliers, création, rencontres d’auteurs ou d’équipes de création ». Avec la volonté de les faire réfléchir et de prendre du recul dans un contexte unique.

Soutenue par le ministère de l’Éducation nationale, cette opération fait l’objet d’une convention entre le ministère, le Festival d’Avignon et les CDJSF (centres de jeunes et de séjours du Festival).

Financement des conseils régionaux

« Le soutien du ministère est psychologico-politique. Le financement de l’hébergement et parfois du transport est assuré par les conseils régionaux », précise Jean-Noël Bruguière, directeur délégué de l’association CDJSF, fondée par la Ville d’Avignon, le Festival d’Avignon et les CEMEA (centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active).

Impliquée dans l’opération depuis le début, la région Nord-Pas-de-Calais (NPDC) a financé cette année des séjours de cinq jours pour 150 apprentis et lycéens des voies générale et technologique. Catherine Génisson, vice-présidente de la région NPDC, est très attachée à ce dispositif. « Cela permet à des jeunes qui ne sont pas forcément confrontés à la culture et au spectacle vivant de vivre cette expérience qui leur donne des armes », soutient-elle. Revers de la médaille : l’opération repose essentiellement sur l’engagement des régions. Chaque année, les conseils régionaux intéressés – une petite douzaine en 2011 – lancent un nouvel appel d’offres pour financer le dispositif. Un mode de financement qui rend fragile la pérennité de l’opération.

La Ville prête ses écoles primaires

La Ville d’Avignon, autre membre fondateur de l’association CDJSF, met à disposition des écoles primaires, dont les salles de classe se muent en dortoirs et les cours en cantines extérieures et lieux de détente. Cette année, trois écoles primaires avignonnaises ont été transformées en centres de vacances pour accueillir pendant quatre-cinq jours les quelque 800 lycéens concernés par l’opération.

Les CEMEA pour l’accueil et l’accompagnement culturel

Quant aux CEMEA, ils se chargent de l’accueil et de l’accompagnement des lycéens depuis le début de l’opération « Lycéens en Avignon » en 2004, en s’appuyant sur leur expérience en la matière depuis 1959, date de création de la CDJSF, sous l’impulsion de Jean Vilar. Dans le Nord-Pas-de-Calais, par exemple, les enseignants volontaires rencontrent les CEMEA dès les mois de mai-juin pour préparer le séjour.

Un séjour dans un projet et une préparation en amont

Du 15 au 19 juillet 2011, Muriel Dekeister, responsable de maison, a accueilli des lycéens à l’école Ortolans-Bouquerie située au centre de la ville. Elle a coordonné une équipe de sept animateurs des CEMEA, tous militants, donc bénévoles, de l’association d’éducation populaire. Au programme du séjour de leurs 37 élèves : des ateliers de pratique artistique et d’échanges autour des spectacles vus, des parcours culturels organisés autour de visites d’expositions et de rencontres-débats avec les artistes. « C’est épuisant, mais la satisfaction est immense de voir des petites étoiles dans les yeux des élèves », conclut Corinne Tintillier, professeur de lettres au lycée Woillez de Montreuil-sur-Mer, qui anime également un atelier théâtre.

Pas toujours bien vu de partir avec des élèves sur son temps de vacances

Sous couvert d’anonymat, l’une des enseignantes du Nord-Pas-de-Calais rencontrée à Avignon affirme qu’il y a « deux écoles chez les profs ». D’un côté, « ceux qui sont prêts à s’investir vraiment, y compris en prenant sur leur temps de vacances pour faire vivre cette aventure à des élèves ». De l’autre, « ceux qui font leurs heures de cours et pas plus ». Elle confie également avoir pu être blessée par la critique de collègues estimant qu’elle « tue le métier en partant sur son temps de vacances ». Mais sa motivation est restée intacte. Elle reviendra l’année prochaine « parce que les retours des élèves sont formidables ».

 Luc Chatel de service pendant les vacances

Article paru dans le quotidien provençal le "VAUCLUSE LE MATIN" du 16 juillet 2011.

2011-07-16 1284@VAUCLUSE_MATIN

Le ministre de l’Éducation nationale, Luc
Chatel, est venu hier au lycée Mistral.
Pendant Ih30, il a pu apprécier la réussite du
dispositif "Lycéens au Festival d’Avignon".
Crée il y sept ans, ce dispositif a pris de
l’ampleur a tel point qu’il concerne cette
année 800 jeunes de douze régions
françaises. Comme l’explique Jean-Noël
Bruguière, a la tête des Ceméa (Centre
d’entraînement aux méthodes d’éducation
active), le projet est de faire découvrir la
programmation du Festival en articulant les
échelles nationale, régionale et locale. Un
travail qu’Hortense Archambault et Vincent
Baudriller accomplissent auprès des élevés
avignonnais. Trois lycées avignonnais
concernés. Les conseils régionaux financent le
dispositif a hauteur de 95 % et mettent a
disposition trois lycées d’Avignon. Mais cette
véritable plateforme expérimentale
n’existerait pas sans le dynamisme et la
volonté des 90 militants des Ceméa et les
enseignants Sur les 800 jeunes accueillis, ce
sont quelque 120 lycéens issus de neuf
établissements de la région et leurs dix-huit
accompagnateurs qui ont ete accueillis par
les lycées Theodore Aubanel et Frédéric
Mistral, du 9 au 13 juillet. Place aux 35
Bretons, aux 90 Picards et aux 180 élevés du
Nord-Pas-de-Calais ! La venue de Boris
Charmatz, artiste associe à cette 65e édition
et directeur d’un centre chorégraphique a
Rennes, a lancé cette participation bretonne.
Marc Jailin, proviseur du lycée Mistral, a
ainsi "loge" 45 lycéens et quatre professeurs
qui ont pu assister a six pièces, rencontrer
des metteurs en scène, des acteurs, des
techniciens. Cette expérience a été une
formidable motivation pour les élevés et une
redynamisation pour l’équipe pédagogique. Et
Bernard Humbert de rappeler que le campus
des sciences et des techniques est un des
rares a proposer un Bac Pro de techniciens
du spectacle. On l’aura compris, tout cela
ne serait pas possible sans un partenariat
étroit avec le festival et sans la passion qui
anime professeurs et militants des Ceméa,
qui prennent en charge les élevés le temps de
leur séjour pour créer une véritable école du
spectateur. Mais Jean-Noël Bruguière soulève
toutefois une interrogation : Comment
répondre aujourd’hui a la demande ? « On ne
pourra pas dépasser le chiffre de 800 lycéens
si on n’a pas plus d’espace On est au milieu
du gué et il faut réfléchir a un dispositif qu’il
faut développer. Rien n’est magique. II faut
améliorer les moyens techniques et
économiques »

ALIBERT MARIE-FELICIA

  Luc Chatel est en visite, en marge du festival d’Avignon

Article paru dans le quotidien "le COURRIER PICARD" du 16 Juillet 2011.

Le ministre de l’Éducation
nationale, nomme Luc Chatel est en visite,
en marge du festival d’Avignon. II vient
s’enquérir du dispositif de CEMEA. II s’agit d’un programme
national qui permet à des lycéens de diverses
filières littéraires et professionnelles, de venir
au festival. Le conseil régional de Picardie a
rejoint le mouvement il y a six ans et finance
l’opération à hauteur de 40 000 euros.

Sur les huit cents présents de « douze
régions cette année » selon Jean-Noël
Brugière du CEMÉA, quatre-vingt dix
viennent de Picardie. Et c’est eux que le
ministre a rencontre hier après-midi. Un cri
retentit dans le couloir de ce lycée. Luc
Chatel se demande silencieusement si le cri
est pour lui. Le public d’élus est sous le
charme et rit En fait, le groupe est en plein
atelier de préparation du spectacle qu’il va
voir le soir-même Car au delà d’envoyer des
jeunes en Avignon, l’idée est de les ouvrir a
la culture par ces spectacles « Non, on va
au delà de c’était bien ou c’était nul,
affirment Anais et Louisa, 16 ans Les
animateurs nous aident, nous poussent a la
réflexion ». Ils font des jeux pour faciliter la
libération de la parole, rencontrent des
auteurs, tournent des vidéos en ligne sur
Facebook. « C’est de l’éducation populaire »,
résume un encadrant. Ce qui est certain, c’est
que l’opération est populaire auprès des
jeunes.

NADIA NEJDA

 La provence : Luc Chatel est venu soutenir l’initiative "Lycéens au Festival d’Avignon"

2011-07-16 1981@LA_PROVENCE

 Un nouveau souffle pour la politique culturelle : Rencontre avec Jean Louis Fabian Sociologue.

Article paru dans le supplément du quotidien "libération du 15 juillet 2011.

2011-07-15 1995@LIBERATION_SUPPLEMENT

Directeur d’études à
l’EHESS et professeur à
la Central European University de Budapest, le sociologue de la
culture Jean-Louis Fabiani fut aussi, un
temps, directeur des
affaires culturelles en Corse. A l’occasion

 70 Jeunes de la Région Midi pyrénnées seront à Avignon - journal www.midipyrenees.fr

L’action de la Région autour du Festival d’Avignon va plus loin, et revêt également des formes pédagogiques et éducatives. Ainsi, du 8 au 12 juillet, 70 jeunes de la région découvriront Avignon et son festival de théâtre. Une opération réalisée en partenariat avec l’association Centres de Jeunes et de Séjours du Festival d’Avignon, et les Centres d’ Entraînement aux Méthodes d’ Éducation Actives - CEMEA .

Pour la cinquième année consécutive, la Région assure financièrement la prise en charge totale du déplacement (mise à disposition de bus), de l’encadrement pendant le trajet en Avignon, de l’hébergement et de l’achat des places de spectacles.

Élèves du TNT, des écoles de cirques, ou de lycées de Midi-Pyrénées, ils auront l’occasion
durant leur séjour à Avignon de visiter des plateaux, des expositions, des musées, de rencontrer des troupes et de participer à des ateliers artistiques. Ils auront également la chance d’assister à plusieurs spectacles du Festival In. Ce parcours éducatif, encadré par les CEMEA , propose aux jeunes de la Région, une approche nouvelle des arts, par la rencontre, l’échange et la pratique.

 Avec Wasquehal Associatif, ils partent à la découverte du festival d’Avignon !

2011-07-15 1843@LA_VOIX_DU_NORD

Bruno Lechantre est médiateur culturel a
Croix et Wasquehal. Maîs c’est surtout a
Wasquehal qu’il intervient. La ville se
montrant beaucoup plus coopérative. Une
fois encore, c’est I a qu’il a monte un bien
]oh projet, par le biais de Wasquehal
associatif et du CEMEA. Bientôt, une trentaine de personnes partiront découvrir le
festival d’Avignon ! PAR MARTINE
DIEUDONNE (mdieudonne(arobase)lavoixdunord.fr

Ils entrent tous dans un projet d’éducation
populaire par la culture pour les familles et
les habitants de Croix-Wasquehal Ils
partiront de Wasquehal a trente, dont quatre
accompagnateurs. Huit autres du CEMEA
seront deja sur place. L’originalité de cette
virée a Avignon, c’est que les participants ont
entre 8 et 83 ans ! Pour toucher ce public,
Bruno a travaille avec les associations
humanitaires de Wasquehal et Croix, le
Secours Populaire et les CCAS. L’âge limite
pour partir, c’était 8 ans. Certains ont été
déçus, mais les activités sur place et le
caractère même de la manifestation ne
permettaient pas d’emmener des petits. II y
aura en effet, le matin, des ateliers de
pratiques artistiques en rapport avec les
spectacles qu’ils iront voir le soir. Trois au
total, sur les cinq jours que dure le séjour.
Deux dans festival « in » et un dans le « of !
 ». « On s’est rencontrés trois fois avec le
CEMÉA et les familles qui partent, afin de
faire connaissance, de savoir ce que l’on
attendait de ce séjour. Mais le programme
sur place, ce sera un peu la surprise on ne
sait pas quels spectacles nous irons voir !
Nous rencontrerons aussi les compagnies du
Nord-Pas-de-Calais qui ont investi le centre
"Présence Pasteur". Nous essayerons de faire
un travail avec eux » explique Bruno.
Lechantre Pauline, 11 ans, rêve de ce
voyage qui se passera fin juillet. D’ailleurs
« J’ai déjà fait ma valise ! J’espère qu’on
verra du monde, des vedettes ! J’aime le
théâtre mais je préfère la danse ». Mamie
Josiane partira avec son petit-fils de 11 ans,
Morgan « Oui, j’aime le théâtre et je suis
ravie de visiter cette région ! » Nathalie, elle,
partira avec ses deux filles, dont Pauline. « 
Pour partir a 3, nous avons versé 20 E par
mois pendant 6 mois. Seule, je n’aurais
jamais pu faire cela. Sans vous, on ne
partirait jamais ! Je revis depuis que je
participe aux différentes sorties et activités.
20 E par mois, c’est peu mais c’est beaucoup
pour moi. Pourtant, c’est une question de
dignité que de se payer ces vacances. C’est
un mot magique vacances ! Quand je quitte
Wasquehal, je suis perdue, mais partir avec
un groupe, c’est rassurant ». II y a deux ans,
c’est a Dunyeres que s’était rendu un autre
groupe. « C’était autre chose. Mais même au
festival, nous voulons qu’ils se sentent en
vacances. Ils feront ce qui leur plaît ». La
petite troupe sera composée de 6 enfants de
moins de 13 ans, cinq grands ados de 17 a
22 ans, et 19 adultes, papas, mamans,
mamies. II y aura également cinq Croisiens.
« La ville de Croix n’a pas voulu participer
financièrement. Mais les gens n’ont pas a en
pâtir. Parce qu’il faut quand même insister
sur le fait que c’est grâce a la politique
menée a Wasquehal que des projets comme
celui-la existent » commente Bruno. Alors
bornnes vacances !

 Article paru sur le site VousNousIls.fr

En sept ans, le suc­cès de l’opération "Lycéens en Avignon" accueillant des lycéens et appren­tis dans le cadre du fes­ti­val annuel, est allé crois­sant. Lors du lan­ce­ment en 2004, seuls 30 jeunes avaient béné­fi­cié du dis­po­si­tif, contre plus de 800 cette année.

L’initiative est sou­te­nue par le minis­tère de l’Education natio­nale et enca­drée par les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA), qui accueillent et accom­pagnent les élèves pen­dant la durée de leur séjour dans la Cité des Papes.
Education artis­tique et culturelle

Les étudiants sont accueillis par les ani­ma­teurs béné­voles du CEMEA dans les écoles pri­maires de la ville, trans­for­mées en dor­toir pour l’occasion. Au pro­gramme des quatre ou cinq jours de l’opération, ate­liers de créa­tion et dis­cus­sions autour des spec­tacles vus, rencontres avec les auteurs et visites d’expositions. L’objectif ? Selon le minis­tère, il s’agit de "for­mer le regard cri­tique" et "pro­po­ser un par­cours éduca­tif de for­ma­tion du spectateur".
Enseignants : prendre sur son temps de vacances pour accom­pa­gner les élèves ?

Certains pro­fes­seurs sont aussi pré­sents pour enca­drer les élèves pen­dant le Festival d’Avignon, sur leur propre temps de congé. L’un d’eux, inter­rogé par EducPros, confie avoir été blessé par les cri­tiques de col­lègues l’accusant de "tuer le métier" en par­tant pen­dant les vacances scolaires.

Pourtant, cela n’entame pas la moti­va­tion des ensei­gnants comme Corinne Tintiller, qui accom­pagne les jeunes au Festival d’Avignon pour la cin­quième fois. Interrogée par EducPros, elle pro­met de reve­nir l’année pro­chaine, "parce que les retours des élèves sont for­mi­dables". Les com­men­taires enthou­siastes des groupes de jeunes par­ti­ci­pants sui­vis par letudiant.fr ou par la webTV de la région picarde en sont la meilleure preuve.

Elsa Doladille

 Des lycéens oisiens en immersion à Avignon- "le Parisien" du 16 juillet 2011.

2011-07-16 1793@LE_PARISIEN

AVIGNON
Elles s’appellent Amssa, Laura, Julie, Justine
ou Anais. Elles sont scolarisées au lycée des
Jacobins de Beauvais et veulent devenir
coiffeuses ou esthéticiennes Pourtant, en ce
mois de juillet, elles ont renonce a leurs
vacances, leur famille ou leur petit ami pour
retrouver leur professeur de français a
Avignon. En effet, 90 lycéens picards
participent a l’opération Lycéens en
Avignon, organisée avec le Ceméa (Centre
d’entraînement aux méthodes d’éducation
active) par la région. Sont concernés dans
l’Oise les lycées Jeanne-Hachette et Jacobins
a Beauvais, Jean-Calvin et Charles-de-
Bovelles à Noyon. « C’est un plaisir
d’être ici, avoue Justine, des Jacobins On est
entre filles et on découvre plein de choses.
On n’a pas beaucoup de temps libre, mais on
l’utilisera pour faire un peu de shopping II y
a de super boutiques ici ». Mais ce ne sont
pas vraiment des vacances qui attendent les
seize lycéennes des Jacobins. Leur
programme est plutôt charge avec des ateliers
théâtre le matin, des spectacles l’après-midi
et le soir Hier, elles ont vu « Sawa Sawa »,
de la compagnie méruvienne Hapax, avant
d’enchaîner avec « Donan Oray », toujours
dans le Off, et « le Suicide » dans le In.
Avant de partir, elles verront un deuxième
spectacle du In et pourront apprécier encore
une fois l’impressionnante scene aménagée
dans la cour d’honneur du palais des Papes
Elles partageront aussi les impressions des
représentants des compagnies picardes. « 
Cela fait six ans que la Picardie finance cette
operation (NDLR 40000 6), souligne
Claude Gewerc, président de la région. Les
lycéens sont en phase d’apprentissage et on
leur enseigne le goût a la culture Ils
retireront de cette expérience ce qu’ils
souhaitent, mais cela leur permettra de se
forger un jugement, d’apprendre a penser
librement et dè constater que tout le monde
ne pense pas comme au 20 Heures ». Pour
s’imprégner de l’univers du théâtre, les
lycéennes suivent chaque jour « avec
beaucoup d’enthousiasme » des ateliers
théâtre. « A l’inverse d’autres lycéens ici,
nous n’avons aucune expérience dans ce
domaine, rappelle Julie Alors, on apprend a
faire des sketchs, de l’écriture de scenario,
de l’expression, de la mise en scène et des
jeux de scène. C’est vraiment enrichissant ».
Hier, les lycéens picards ont reçu a leur
atelier théâtre la visite de Luc Chatel,
ministre de l’Éducation nationale, venu
découvrir le dispositif au Festival

PATRICK CAFFIN

 Article paru dans le Mensuel Agir en Picardie Juil/aout 2011

2011-07-28 1463@AGIR_EN_PICARDIE

Pour la 6e année, 90 lycéens
picards découvriront le plus
grand théâtre du monde
et auront ainsi la chance de vivre
un festival intensément. Du 14
au 18 juillet, des élèves de quatre
lycées (général, technologique,
professionnel et agricole) et une cité
scolaire vont participer à l’opération
« Lycéens en Avignon », financée par
le Conseil régional et menée avec
laide des équipes pédagogiques du
Centre d’entraînement aux méthodes
d’éducation active (Céméa) et des
enseignants. Pendant 4 jours, les élèves
vont effectuer un parcours éducatif de formation du spectateur dans le cadre
du festival. Le programme du séjour
sera particulièrement dense, ce que
nous confirme Brigitte Degonville,
enseignante à la cité scolaire de
Noyon (60) : « En 2010, j’ai accompagné
40 élèves au festival, nous avons vu
deux à trois pièces par jour, rencontré
des comédiens du festival "in" et des
troupes régionales. Tout ceci contribue
à alimenter leur esprit critique et à
démythifier le théâtre. » Inès Henchi,
élève en I™ scientifique dans ce même
établissement, abonde en ce sens :
« En rencontrant les artistes en dehors
des représentations et sortis de leurs
personnages, j’ai découvert de "vraies
personnes". J’ai également été sensible au
fait que certains aient abandonné leur
métier pour devenir comédiens à temps
plein. »

Une page Facebook tenue
par des apprentis journalistes

Pour parfaire cet itinéraire de invités à s’inscrire dans des ateliers
conduits par des animateurs
spécialisés. « Ils y étudient le jeu, le
mouvement, la scénographie. Les élèves
des différentes filières se mélangent, cela
permet de briser les barrières », précise
Brigitte Degonville. Cette année
encore, les lycéens se transformeront
en apprentis journalistes et réaliseront
des reportages photos, écrits et vidéo
destinés à alimenter quotidiennement
le groupe Facebook « Lycéens picards
en Avignon », ouvert aux commentaires
du grand public. La Région confiera
de petites caméras numériques à ces
jeunes reporters qui auront pour
mission de réaliser des témoignages
vidéo de 30" à I’30 pour faire partager
aux Picards l’actualité du festival en
temps réel. Certains de ces « trèscourts
 » se retrouveront sur la chaîne
Agir TV de la Web TV des Picards.
Il suffit de se rendre sur la page
Facebook de l’année dernière pour
constater que cette immersion dans le
monde du théâtre laisse des souvenirs
impérissables. Pour Chloé, ce sont les
« meilleurs moments de toute ma vie »,
pour Pauline « une expérience sans
précédent... de belles rencontres, des
spectacles variés et un réel coup de cœur
théâtral ». Le seul point noir récurrent :
« les moustiques qui aimaient tant notre
sang délicieusement sucré ». Un titre
séduisant pour une pièce de théâtre,
vous ne trouvez pas
spectateur actif, les élèves seront invités à s’inscrire dans des ateliers
conduits par des animateurs
spécialisés. « Ils y étudient le jeu, le
mouvement, la scénographie. Les élèves
des différentes filières se mélangent, cela
permet de briser les barrières », précise
Brigitte Degonville. Cette année
encore, les lycéens se transformeront
en apprentis journalistes et réaliseront
des reportages photos, écrits et vidéo
destinés à alimenter quotidiennement
le groupe Facebook « Lycéens picards
en Avignon », ouvert aux commentaires
du grand public. La Région confiera
de petites caméras numériques à ces
jeunes reporters qui auront pour
mission de réaliser des témoignages
vidéo de 30" à I’30 pour faire partager
aux Picards l’actualité du festival en
temps réel. Certains de ces « trèscourts
 » se retrouveront sur la chaîne
Agir TV de la Web TV des Picards.
Il suffit de se rendre sur la page
Facebook de l’année dernière pour
constater que cette immersion dans le
monde du théâtre laisse des souvenirs
impérissables. Pour Chloé, ce sont les
« meilleurs moments de toute ma vie »,
pour Pauline « une expérience sans
précédent... de belles rencontres, des
spectacles variés et un réel coup de coeur
théâtral ». Le seul point noir récurrent :
« les moustiques qui aimaient tant notre
sang délicieusement sucré ». Un titre
séduisant pour une pièce de théâtre,
vous ne trouvez pas

Depuis 2006, près de 550 lycéens
picards sont partis en Avignon grâce à
la Région. Leur séjour est entièrement
financé par le Conseil régional
(transport, hébergement, restauration,
activités et spectacles).

Suivez le périple des lycéens en Avignon
sur http://www.facebook.com/picardie.avignon



2011-07-28 1463@AGIR_EN_PICARDIE
(Poids : 173.4 ko - Format : PDF)

2011-07-16 1981@LA_PROVENCE
(Poids : 81.5 ko - Format : PDF)

2011-07-16 1793@LE_PARISIEN
(Poids : 101.3 ko - Format : PDF)

2011-07-16 1284@VAUCLUSE_MATIN
(Poids : 78.7 ko - Format : PDF)

2011-07-15 1995@LIBERATION_SUPPLEMENT
(Poids : 703 ko - Format : PDF)

2011-07-15 1843@LA_VOIX_DU_NORD
(Poids : 116.2 ko - Format : PDF)


20/08/2011
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN