Alternative économique
Intégrer davantage de mixité dans les loisirs


Les activités de loisirs sont encore très « genrées ». La faute aux stéréotypes persistants. Des efforts sont faits pour faire bouger les lignes.


Les activités proposées aux garçons et aux filles dans les temps périscolaires,
qu’elles soient organisées par des associations ou des municipalités, sont
rarement les mêmes. «  Les animateurs acceptent que lesflllesjouent au foot mais
en leur faisant remarquer qu ’elles sont sportives, et les garçons qui veulent faire de
la danse en sont découragés
 », rappelle Yaëlle Amsellem-Mainguy, de l’Institut
national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep). Les modèles proposés
par les structures qui accueillent les jeunes sont aussi fortement « genres » : les
animateurs prennent davantage en charge les pratiques physiques et les femmes
les activités manuelles. Par ailleurs, l’Injep a observé une désaffection des filles
pour les activités encadrées vers l’âge de 12 ans.« Elles assument déjà un rôle
familial dans les milieux populaires ruraux
 », remarque Yaëlle Amsellem-Mainguy.
Ou bien leur absence est justifiée par le surinvestissement scolaire. Or, cette
désertion est surtout le reflet de leur confinement symbolique dans l’espace privé.

D’où l’attention désormais portée à ces questions par des acteurs de l’éducation
populaire comme les Centres d’entraînements aux méthodes d’éducation active (Ceméa). « En dehors des séjours à thèmes comme les sports collectifs et les activités équestres,
on veille, quand on organise des camps d’adolescents, à ce que les groupes accueillent
autant de jules et de garçons
 » », explique Fabrice Deboeuf, en charge des formations au
sein des Ceméa. De plus, les formations à l’animation sensibilisent à ces questions,
en prenant des exemples très pratiques comme la nécessité de « laisser les garçons
dès le plus jeune âge jouer avec des poupées et les filles avec des petites voitures »

La Maison des métallos à Paris, elle, propose chaque année des « parcours filles femmes
 » sur des thèmes variés. En 2012, c’était la place des femmes dans la ville
et l’espace public. Avec des membres de La Barbe, elle a proposé à des jeunes filles
et à des femmes qui suivent des cours de gym et de danse à la Maison des métallos
d’occuper l’espace public le 24 mars. Elles étaient une cinquantaine à danser et à
chanter ce soir-là devant la Maison des métallos, où les rues avaient été rebaptisées
d’après des figures historiques féminines méconnues et les pictos signalant les
pistes cyclables avaient été repeints par une artiste qui les avait dotés de jupes et de
queues de cheval. Une manière de montrer que les femmes ne se contentent plus
de traverser seulement ces lieux mais les occupent comme les hommes.



2013-09-07 1096@ALTERNATIVES_ECONOMIQUES_HORS_
(Poids : 199.3 ko - Format : PDF)


19/10/2013
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN