Divers parutions
Festival du film d’éducation 2013


En 2012, le festival a enregistré
6000 entrées pour les deux
salles du cinéma Pathé,
à Évreux, 10000 entrées pour
les projections en régions,
et rassemblé 5000 personnes
sur sa plateforme télé.


  Cinéma ou éducation ? Les deux !

Article paru dans l’ hebdomadaire Eure Infos du 12 décembre 2013.

Durant cinq jours, le Pathé
d’Évreux a vécu au rythme de la famille.

Pendant cinq jours, de mardi
à samedi, la 9e édition du
Film d’éducation, au cinéma
Pathé d’Évreux, a tenu en haleine
un grand nombre d’acteurs de la
vie éducative, autour des membres
des Centres d’entraînement
aux méthodes d’éducation active
(Ceméa), de l’enseignement ou
d’associations œuvrant pour la petite
enfance, l’enfance, l’adolescence
et la famille.
S’ouvrir à d’autres
horizons
Chacun a pu y trouver son compte
ou s’ouvrir à d’autres horizons,
lors de conférences et de tables
rondes qui se sont succédé tous
les jours : sur les troubles de l’apprentissage,
les enfants dans la
ville, le numérique ou encore
l’usage d’Internet Rien n’a été
négligé, surtout pas le handicap,
le sport, la diversité sociale et l’autorité
De nombreuses séances
spécifiques ont été dédiées aux
jeunes venus des centres de loisirs,
des collèges et lycées de la
ville
Surtout, il y a eu du cinéma. Du
beau cinéma comme ce superbe
film japonais offert en avant-première,
le lundi Tel père, tel fils de
Hirokazu Kore-Eda, considéré par certains spécialistes comme le
plus beau film de l’année 2013
Ou deux méthodes d’éducation
s’affrontent, posant la question de
l’inné chez l’être humain ou de
la façon de le façonner. Ou celui
de la clôture, César doit mourir,
une fiction de Paolo et Vittorio
Taviam où des détenus jouent la
représentation de Jules César, de
William Shakespeare, avant de
retourner dans leur cellule. Un
cinéma qui raconte des histoires
d’éducation plus que jamais, le
festival justifie son appellation.

 L’Éducation sur grand écran - La dépêche

- Article paru dans l’hebdomadaire " La dépêche" du 29 novembre 2013.

La neuvième edition
du Festival du film
d’Education qui
aura lieu du 3 au 7 décembre
au Pathé à
Evreux, ouvrira ses portes
mardi 3 décembre
avec la projection du
film Tel père, tel fils, de
Hirokazu Kore-Eda.

« C’esf une festival de films
sur l’éducation en général,
pas seulement à l’école et
pas forcément sur la pédagogie.
Les films traitent des
rencontres, des experiences
de vie...
 », , rappellent les organisateurs,
membres des
C E M E A , ( Centres
d ’ Entrainement aux
Méthodes d’Education
Active). C’est d’abord un festival
de cinéma avec sa sélection
de films et sa programmation,
qui permet des
rencontres avec des réalisateurs,
des producteurs et
des acteurs du monde de
l’éducation au sens le plus
large. Les films proposés racontent
des histoires d’éducation,
qui font écho aux
préoccupations les plus actuelles.
Ils montrent, à partir
d’un événement ou d’une
rencontre, des parcours de
vie choisis ou subis, des situations
de transmission,
d’initiation ou d’apprentissage,
des périodes de ruptures,
dans un cheminement
qui transforme un ou des
personnages, et fait qu’ils ne
sont plus les mêmes à la fm.
Ces films peuvent prendre
plusieurs formes, fiction, documentaire,
animation court
ou long... Des films qui au delà de l’émotion qu’ils suscitent,
invitent le spectateur
au questionnement et ouvrent
des possibilités de réflexion
individuelle ou collective.
En parallèle du festival,
des projections-débats sont
prévues en milieu carcéral. A
la maison d’arrêt d’Evreux et
au centre pénitentiaire de val
de Reuil. Les réalisateurs seront
présents. Cette année,
la Carte Blanche met à l’honneur
le cinéma polonais en
confiant sa programmation à
l’Institut Polonais de Pans.

Deux films du patrimoine du
cinéma polonais sur de très
beaux thèmes d’éducation
seront projetés.

Des tables rondes
le matin

Le matin, quatre tables rondes
sont organisées sur
l’éducation. Le mercredi,
conférence de Léonard
Vannetzel sur les troubles de
l’apprentissage, le jeudi,
celle de Thierry Paquot sur
les enfants dans la ville. Celle
du samedi matin est consacrée
aux usages d’mternet et
des écrans. Le vendredi matin,
le créneau sur les nouvelles
écritures numériques,
propose des web-documentaires
avec trois de leurs auteurs.

Séances
spécifiques pour
les scolaires

Des séances spécifiques
sont organisées pour les jeunes
publics, avec les centres
de loisir, les collèges et les lycées
de la ville d’Evreux.
Enfin, pour la clôture, une
double séance comprendra
un film, le Prix Jean Renoir
des lycéens 2013, et les films
primés de cette 9e édition,
entrecoupés d’un buffet offert
par la ville d’Evreux... La
soirée d’ouverture aura lieu
le 3 décembre, en présence
des présidents des jurys et
de tous les partenaires qui
« font » ce festival .
L’association organisatrice,
Ceméa de haute
Normandie, est un mouvement
d’éducation, une association
d’éducation populaire,
un organisme de formation.

Le Festival du film d’éducation
à Evreux du 3 au 7 décembre
2013 au Cinéma
Pathé Evreux. L’accès aux tables
rondes est gratuit.
L’accès aux projections est
payant. Séance : 5 euros (-
25 ans : 3 euros), abonnement
journalier : 10 euros,
abonnement festival (5 jours)
 : 25 euros. Tarifs de groupe
sur demande.

 Le Festival du film d’éducation au cinéma le Scénario - Bénédicte Pagnot - France Ouest

- Article Paru sur le site France-ouest.fr le 29 novembre 2013

Le cinéma le Scénario s’est associé à la huitième édition du Festival du film d’ éducation et
proposera, jeudi 28 novembre, le long-métrage Les lendemain s, en partenariat avec le Ceméa (
Centre d’ entraînement aux méthodes d’ éducation active). Pour ce festival, il s’agit d’offrir à un très
large public (parents, responsables politiques, associatifs, éducateurs, animateurs, citoyens) un lieu et
un moment privilégiés, pour voir les œuvres de réalisateurs de fictions ou de documentaires.
Le public peut ensuite rencontrer les réalisateurs et débattre des problématiques au centre des
actions des Ceméa : éducation à la citoyenneté, à la santé, à l’environnement ou à la sécurité,
prévention des risques, éducation artistique et culturelle, formation, enseignement, apprentissage,
transmission des savoirs, réinsertion, intégration, etc.
Les lendemains raconte l’histoire d’Audrey, bachelière, qui intègre l’Université de Rennes. Quittant
sa famille, sa meilleure amie et son copain, la jeune fille découvre le militantisme politique et partage
l’expérience de squatteurs.
J Les lendemains. Durée : 1 h 55. En présence de la réalisatrice Bénédicte Pagnot. Entrée : 5 euro ;
tarif réduit : 4,20 euro.

 A Evreux, l’éducation sur grand écran - Carine Hahn Valeurs mutualistes

- Paru dans le bimestriel Valeurs mutualistes de Nov/dec 2013

Sélection éclectique, carte blanche
au patrimoine polonais, débats
avec les réalisateurs... marqueront
la 9e édition du festival d’éducation
d’Évreux, du 3 au 7 décembre prochains.
Zoom sur ce carrefour de liens.

« Cette année, nous avons sélectionne
43 films de 15 nationalités différentes,
lance Jacques Pélissier, chargé de la
programmation à la sortie de la réunion
dédiée a la prochaine édition du festival
du film d’éducation d’Évreux Des
documentaires, des fictions, des films
d’animation des courts-métrages
Avec Tel père, tel fils, un film japonais
de Hirokazu Kore-eda, récompensé
par le Prix du jury au dernier festival
de Cannes en ouverture, et César doit
mourir des frères Javiani, distingué en
2012 au festival de Venise et qui s’est
vu remettre en avril dernier le prix
national Jean Renoir des lycéens. »

Une présence sur Internet

créé, organisé et animé chaque année par les Ceméa (Centres d’entraînement
aux méthodes d’éducation
active), avec le soutien des ministères
de l’Éducation nationale, de la Justice
et de la Culture, des collectivités territoriales
et de nombreux autres partenaires,
le festival se tient depuis son
origine au cinéma Pathé d’Évreux, qui lui dédie de deux à trois salles pour
les projections. Mais des séances ont
aussi lieu dans des centres de détention
de la ville, en amont et pendant
le festival « Cet événement présente
une double originalité, souligne Christian
Gautellier, son directeur Les protections
et les rencontres sont relayées
grâce à la web tv et au blog - auxquels
participent des lycéens de la ville - pendant
les cinq jours du festival et trois
semaines après. Nous décernons d’ailleurs
un prix aux internautes. Et les
films sélectionnés et/ou primés par le
grand jury et le jury jeunes sont repris ensuite dans
une vingtaine
de régions

( c f encadré ] ,
grâce à nos partenaires
 » Par ailleurs,
si les films et les rencontres
avec les réalisateurs
font l’essentiel
de l’événement, des
rencontres-débats avec
des participants de tous
horizons se tiennent également
dans un café-cinéma de
la ville.

UNE LARGE DIFFUSION : Trois semaines encore après, le festival poursuit sa vie sur le reste
du territoire (DOM et TOM compris). « Nous avons mis en place une logique
de prix pour l’achat de droits des films pour une vingtaine de diffusions
en région », explique Christian Gautellier, son directeur. Une collection
de DVD des films les plus demandes et/ou primés est également proposée.
« Le DVD peut être utilisé autant de fois que voulu. Il constitue un très bon
outil pour les enseignants, d’autant que nous accompagnons son envoi
d’un dossier pédagogique et/ou citoyen. »

Avec et pour les jeunes

Globalement, le festival reste une
très belle occasion de travailler avec
les écoles. « Nous organisons des
séances pour les primaires travaillons
avec les collégiens en faisant intervenir
un défenseur des droits des enfants
et animons une master class sur les
nouvelles écritures numériques avec
les lycéens qui visitent ainsi les coulisses
de la fabrication. De plus
le mercredi, nous rassemblons
60 jeunes autour de courts métrages,
rapporte Christian
Gautellier. Le festival s’est
énormément ouvert depuis sa
création. Nous avons élargi
les activités parallèles.
C’est aujourd’hui un creuset
de rencontres entre
institutions publiques,
professions libérales
liées a l’éducation et
public ».

Le succès du festival, chaque année
plus important, redore le blason d’un
cinéma encore trop souvent vu comme
celui de spécialistes Aujourd’hui, à
Evreux, le public sait qu’il va beaucoup
apprendre en allant voir un film sur
l’ apprentissage, le langage des jeunes
ou encore les relations parents/enfants
face a l’omniprésence de l’écran dans
leurs vies. Et il ne se prive pas.



2013-12-06 1331@EURE_INFOS
(Poids : 222.5 ko - Format : PDF)

2013-12-04 1778@LA_DEPECHE_D_EVREUX
(Poids : 231 ko - Format : PDF)

2013-11-29 5516@WWW_OUESTFRANCE_FR
(Poids : 113.1 ko - Format : PDF)


21/12/2013
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN