Paru dans le Quotidien La Marseillaise du 14 janvier 2014
rythmes scolaires : Plus d’égalité face aux activités périscolaires

Jacqueline de Grandmaison


«  C’est important qu’on s’interroge sur les rythmes scolaires en France, et je pense que cette réforme permettra à des enfants qui ne peuvent accéder à certaines activités périscolaires d’en bénéficier.  »
Joël Contis, directeur de Léo Lagrange Méditerranée, affiche d’emblée son adhésion à ce que l’on appelle la réforme des rythmes scolaires.
Volet de la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, cette réforme a suscité réactions, polémiques et contestations. Aujourd’hui, elle s’est mise en place dans de nombreuses communes de France. Dans notre région, les associations partenaires de l’ Ecole publique font connaître leur engagement, et leur collectif (Cape*)
Paca a tenu une conférence de presse à ce sujet le 10 janvier.u Nous travaillons déjà avec des communes, notamment sur les temps du mercredi et des petites vacances, ainsi que sur l’accueil du matin et après l’école le soir, signale Joël Contis. Nous pouvons continuer à le faire et accompagner les collectivités pour construire un projet éducatif II faut que ce temps soit ludique, qu’on sorte du temps scolaire où les enfants sont dans l’apprentissage, alors que notre démarche est plutôt d’amener les enfants à découvrir différemment ce qui les entoure et la société.  »


Complémentarité

Bernard Giner, délégué régional des Francas Paca, préfère parler quant à lui de «  réforme des rythmes éducatifs  », « puisque cette réforme situe bien à la fois ce qui se passe pendant le temps scolaire et ce qui se passe hors temps scolaire.
C’est la complémentarité entre ces deux temps qui va amener plus de synergie sur un territoire en terme éducatif.
 »
Sur les injustices que, selon certains, pourrait induire la réforme, Bernard Giner argumente : «  Les injustices, justement, elles existent aujourd’hui. Si un enfant habite
dans une ville ou un village où, en dehors de l’école, il ne se passe rien, il n’aura pas accès au complément éducatif qui permet de découvrir des sports, de la culture, des arts, des projets de voyages...L’intérêt de cette réforme, c’est qu’elle va pousser l’ensemble des communes à accueillir tous les enfants en dehors des heures scolaires, et que comme. Il y aura un projet éducatif normalement concerté entre les parents, les enseignants, la commune, les associations éducatives, cela permettra d’apporter un plus à l’ensemble des enfants.
 »
Ce «  plus  », Bernard Giner le commente : «  Dans le temps scolaire il y a des apprentissages fondamentaux
 :- écrire, compter, faire de l’arithmétique, des sciences naturelles -, mais le côté mise en œuvre concrète de ces acquisitions fondamentales, Jon ne le trouve que sur le temps de loisirs, trop négligé jusqu’à maintenant.
 » Et il insiste aussi sur les activités de participation autour de la citoyenneté.
«  Elaborer un projet de vacances en commun, préparer une pièce de théâtre avec des enfants les amènent à se concerter, à prendre la parole... Si on fait un petit journal de quartier, on doit maîtriser l’outil informatique, rédiger, corriger les fautes d’orthographe, et en même temps on va rencontrer la population, enquêter, découvrir son quartier.

Ce qui se fait naturellement avec des parents qui ont des moyens n’est pas toujours accessible aux milieux défavorisés. On dit que l’école est égalitaire, mais ce n’est pas l’école, c’est ce qui se passe pendant le temps libre des enfants qui est profondément inégalitaire.  » En région Paca, les Francas interviennent déjà de plusieurs manières avec certaines communes : missions de conseil auprès des collectivités qui le souhaitent, avec diagnostic, aide à l’élaboration de programmes ou à l’organisation de concertations. Les Francas proposent également des parcours éducatifs sur différentes thématiques qui peuvent aller des arts
visuels aux sciences en passant par l’environnement. Pour mettre en œuvre ces activités avec le plus de chance de succès possible, des formations sont proposées afin de donner une qualification professionnelle adéquate aux personnels existants ou aux nouveaux recrutés.

Réussite scolaire

Directeur des Ceméa Paca, Jean-Baptiste Clerico voit de son côté la réforme des rythmes scolaires sous trois angles positifs qu’il explicite : « D’une part, le fait d’avoir une demi journée de classe de plus, de répartir les 24 h d’enseignement sur neuf demi-journées ne peut qu’avoir un impact positif sur l’apprentissage des enfants et défait leur réussite scolaire. D’autre part sous l’angle des collectivités territoriales, cela fait 15 ans que je travaille aux Ceméa et accompagne des collectivités, et c’est la première fois qu’en si peu de temps la question de la réussite scolaire est autant débattue. Dans de petites communes rurales, qui jusqu’à présent ne s’étaient jamais posé la question d’une politique éducative territoriale de la jeunesse, j’ai passé des dimanches après-midi où, pendant 4 heures, nous avons parlé de la mise en oeuvre de cette réforme. Enfin, le troisième point est qu’il devrait y avoir une continuité éducative entre les différents adultes qui interviennent auprès des enfants.
Aujourd’hui, cette coordination n’existe pas.
 » Pour donner toutes ses chances à la réforme de réussir, les Ceméa proposent aux collectivités informations, conseils et participation à des réunions avec des élus, des enseignants, des parents.. : H Nous venons avec notre expertise du
périscolaire et de notre lien avec l’ Education nationale et nous faisons en sorte que chaque personne se sente concernée.  » En outre, les Ceméa organisent des formations sur les activités périscolaires, cœur de métier de cette association qui, dès l’origine, rappelle M.Clerico, H a choisi de transformer la société par la formation.  »
Même si la majorité des communes de la région Paca n’ont pas encore mis en œuvre la réforme, beaucoup d’entre elles, selon ces associations, sont demandeuses d’accompagnement. Et les intervenants associatifs se disent plutôt optimistes, tout en restant prudents et en admettant qu’il faudra du temps et certainement des adaptations.

Jacqueline de Grandmaison




15/01/2014
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN