Régulation publique des plateformes numériques, co-régulation citoyenne mais aussi éducation critique

Le Président de la République lors de ses vœux à la presse, a remis au cœur du débat public la question de la régulation des plates-formes numériques ou des sites internet, au regard des contenus diffusés, notamment les « fausses informations ».


Se pose plus largement la question de l’impasse où nous conduit la dérégulation de l’internet, et de l’échec de la lutte contre les contenus discriminatoires, porteurs de haine ou d’harcèlement, soumis aujourd’hui au bon vouloir des plateformes. Le débat n’est pas récent, il est complexe, mais ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas le traiter au fond, en agissant sur plusieurs leviers : le droit qui doit garantir la liberté d’expression, la mise en place d’une certaine transparence dans le contrôle et la promotion des contenus, effectués aujourd’hui par les plateformes dans la plus grande opacité, mais aussi la protection des personnes vulnérables et l’éducation critique.

Les Ceméa ont toujours affirmé que la seule auto-régulation des entreprises ne suffisait pas (il s’agit bien derrière ce débat de mesurer les enjeux économiques puissants qui se profilent…). On le voit bien à propos d’autres défis liés à l’écologie et l’avenir de la planète, les finances ou la santé… Les Etats et l’Union européenne doivent renforcer la régulation publique ou adapter les lois existantes aux nouveaux contextes industriels. Tel est l’enjeu de la nouvelle directive Service médias audiovisuels et de sa transposition en France. La responsabilité en tant qu’éditeurs des plates-formes numériques doit être posée, pour que puisse leur être opposée, sans contournement possible, la législation liée aux éditeurs de presse par exemple. Les plateformes qui favorisent l’expression de leurs usagers doivent aussi œuvrer pour transmettre et publiciser les règles du débat public que le public, usager et citoyen, doit respecter. Cette action de l’Etat doit se faire en association avec la société civile, ainsi les associations et ONG pourront porter le point de vue des usagers à travers une co-régulation citoyenne. Le collectif Enjeux e-médias animé par les Ceméa, la Ligue de l’Enseignement et les Francas n’a cessé depuis plusieurs années d’aller dans ce sens.

Ce dialogue doit pouvoir se renforcer aussi entre les médias et leurs usagers, pour défendre la qualité de l’information et la déontologie dans les pratiques médiatiques. Il est nécessaire de soutenir et de consolider le travail journalistique, la présence des médiateurs et la confiance des citoyens dans les journalistes, pour valoriser leurs différences, par rapport à tous ces sites qui ne sont pas des lieux d’information au service de la démocratie, mais des « pièges à clics ». Il est temps également de favoriser le développement d’un débat sérieux et régulier sur les manquements à la déontologie journalistique à travers la construction d’un conseil de presse tripartite, éditeurs, journalistes et citoyens.

Mais au-delà de cette approche mettant en œuvre divers niveaux de régulation, les Ceméa souhaitent rappeler l’enjeu incontournable d’une éducation aux médias et à l’information. Elle doit porter une dimension d’analyse, de critique, d’investigation et ne pas se réduire à l’apprentissage d’habiletés techniques sur des applications dont l’obsolescence est programmée. C’est dans son creuset que doit se former la capacité de jugement de chacune et chacun, tout au long de la vie, et dès le plus jeune âge. Cette éducation est une prévention à toute forme d’obscurantisme, elle seule permet de distinguer les savoirs des croyances et de porter cette désintrication permanente du savoir et du croire dans la formation du citoyen. C’est une exigence fondamentale pour notre société de l’information et du numérique, qui passe par la confrontation des sources, l’expérimentation, la démonstration à l’opposé de l’attractivité qui surdétermine les réponses des moteurs de recherche par exemple.
Les Ceméa, à travers les collectifs où ils sont impliqués, avec les équipes de chercheurs en sciences de l’information et de la communication et en sciences de l’éducation, avec lesquelles ils travaillent au quotidien, sont prêts à s’impliquer dans ce chantier ré-ouvert en ce début d’année, pour apporter des réponses plurielles à un sujet essentiel.

Contact Ceméa : Christian Gautellier, direction nationale. 0689861118. christian.gautellier cemea.asso.fr

Sujet d’actualité, nous vous proposons les analyses de Divina Frau Meigs membre de notre comité scientifique, qu’elle développe dans un article sur le site The Conversation.

En effet la réponse face à ce phénomène est complexe...

Lire l’article : Fake news : engager enfin un débat public confisqué…

Voir aussi la position des Ceméa.
Et un autre article paru sur le site de The Conversation écrit par François Allard-Huver qui notamment propose une typologie de la "désinformation ou de la mésinformation".


06/01/2018




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN