Discours d’ouverture de Jean-Luc Cazaillon Directeur Général Adjoint, au 10ème Congrès national 23-27 août 2010 / Aix-en-Provence (13)

Dans son intervention, Jean-Luc Cazaillon a resitué la place historique des Ceméa au sein de l’éducation populaire en citant quelques propos de Jean Faucambert exprimés en avril 2010 : « Au cours de la première moitié du XXème siècle, au contact des luttes sociales, précisément à l’occasion des « turbulences » guerrières et économiques voulues par le capitalisme, des mouvances nouvelles d’éducation se sont créées, notamment, peu après la première guerre mondiale, le GFEN, le mouvement Freinet, l’OCCE ; dans la foulée du Front Populaire, les CEMEA ; inspirés par le Conseil National de la Résistance, les FRANCAS. Dans tous les cas il s’est agi d’un enracinement revendiqué dans une Education populaire, ressentie comme la responsabilité retrouvée du peuple sur la définition et la conduite de sa propre éducation – et non d’une pastorale convoyée par les classes moyennes en direction du peuple. Produire les savoirs nécessaires pour transformer le monde en s’engageant collectivement dans sa transformation, voilà qui croise et réactive la notion même d’Ecole du Peuple telle qu’elle se formulait à la fin du XIXème siècle dans les milieux populaires en lutte ».

Lire le communique de Presse et l’intégralité du discours d’ouverture,
en téléchargeant les fichiers joints.

Discours ouverture

© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)