Actions Outremer
Guyane : Le patrimoine environnemental au coeur des formations

Pourquoi ce projet
sur le palmier ?

Avec plus de 3000 espèces dans le monde, dont
70 en Guyane, le palmier est un élément exceptionnel du patrimoine Guyanais. Les Ceméa l’utilisent dans leurs formations pour cons t r u i re
l’activité et décliner des actions dans différent s
domaines : arts plastiques, culinaire, éducation
à l’environnement, musique, pratiques médicinales, culture de l’autre, activités de confection et d’expression, jeu… Comme le dit Gisèle de
Failly « l’éducateur crée le milieu, il en est une
partie ». En Guyane, le palmier (awara en français
ou wara en créole, waçai étant un autre nom
de palmier), au coeur de représentations, « est
un lien vivant et actif entre le milieu et chacun
des stagiaires ».

Les objectifs
Les objectifs de ce projet sont multiples :
- S’approprier le patrimoine existant.
- Vivre ensemble un projet collectif.
- Acquérir des savoirs, des savoirs faire, des savoirs
être au travers des échanges interculturels.
Les modalités principales sont, pour sa mise en
œuvre, la découverte du milieu, la rencontre avec
l’habitant, les échanges de pratiques et de savoir faire.
Un projet fort de l’action,
les journées de l’awara et des
palmiers « Lajourné wara »
Ce moment interculturel et intergénérationnel permet
aux participants de mieux connaître les palmiers et de se former à leurs différentes utilisations :

- Artistique : utilisation des feuilles, des graines
pour la décoration, tressage.
- Culinaire : boisson, pâtisserie, plats principaux.
- Médicinal : huile et jus d’awara, jus de waçaï.
- Habitat : utilisation des feuilles pour la couverture
des carbets et contre l’envahissement des chauves
souris.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)