Action Régionales
Poitou-charentes : Une visite d’étude dans une formation professionelle DEJEPS

Pour une mobilité
émancipatrice

Être capable de mobilité, se confronter à la différence,
chercher à comprendre... cela fait partie de
l’intelligence nécessaire pour être acteur à part
entière, pour être citoyen au local, en Europe et
dans le monde. En tant que mouvement d’éducation,
les Ceméa souhaitent accompagner à une
mobilité qui va permettre de consolider les valeurs
de citoyenneté et de solidarité. Dans ces perspectives,
ils développent un travail autour de la
mobilité en agissant, avec les acteurs locaux, les
institutions, les réseaux, les plates-formes,
notamment à travers des actions spécifiques au
sein de leurs formations longues à l’animation
professionnelle.

Partir, accueillir, rencontrer,
ça s’apprend

La priorité est donnée aux conditions éducatives à
la mobilité. La préparation au départ, à l’accueil
et à la rencontre, à l’arrivée, au retour, mais aussi
la prise en compte de l’environnement, du milieu
(histoire, contexte du pays), les représentations,
la langue, le travail en équipe internationale,
autant d’enjeux à travailler qui sont autant de
conditions éducatives à la mobilité.

Le projet
Il s’agit de proposer une découverte des réalités
différentes de celles de la France quant à la prise
en compte de l’éducation non formelle, en Bosnie-Herzégovine. Dans un contexte de pays
« émergeant », sont développés des systèmes
innovants pour palier aux manques de structuration
liés à la jeune existence de ce pays.
L’objectif était d’aborder les questions de solidarité
internationale, du droit à l’éducation pour
tous et à la citoyenneté. En tant qu’association
résolument laïque, les Ceméa portent des valeurs
de tolérance mais aussi de lutte pour le droit à
l’expression et aux savoirs. Cette visite d’étude a
permis d’approfondir ces concepts, mais aussi de
mesurer les difficultés à les mettre en place.

Une visite d’étude à Sarajevo,
Bosnie-Herzégovine

Les stagiaires DEJEPS, en formation professionnelle,
lors de ce séjour, ont découvert de nouvelles réalités
quant à la prise en compte de l’éducation non
formelle, mais aussi des difficultés de mise en
place d’une structuration de l’éducation en générale,
difficile voire impossible, par rapport à la
conjoncture politique et religieuse du pays.

Un double partenariat
Cette formation a été organisée par les Ceméa Poitou-Charentes, en partenariat avec la Direction régionale
de la jeunesse et de la cohésion sociale
et l’association Solidarité laïque.
Cette visite d’étude a concerné 11 stagiaires et 3 formateurs pendant
5 jours.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)