Charte POUR LA CULTURE DANS L’ÉDUCATION


Les Ceméa, mouvement pédagogique référencé
à l’Éducation nouvelle se sont construits et ont développé
leur action éducative en lien étroit avec les courants
culturels et sociaux les plus émancipateurs de notre société.
Ainsi, la création artistique, le progrès scientifique et les
luttes sociales constituent les trois grandes sources qui ont
nourri et forgé l’identité des Ceméa.


LES CEMÉA développent leur action

En affirmant que :
L’accès au patrimoine culturel et à la création artistique est un droit
fondamental pour tous.
Il n’y a pas d’éducation sans culture.
L’éducation artistique ainsi que l’éducation culturelle doivent avoir une
place dans le système public d’enseignement, et dans tous les autres
espaces d’éducation.
La culture est un processus qui invite chacun à prendre l’initiative d’aller
vers ce qu’il ne connaît pas.
L’accompagnement culturel est un moyen important pour soutenir et
entretenir le désir de se cultiver tout au long de la vie.

LES CEMÉA défendent une conception
éducative et sociale de la culture

Celle-ci respectueuse des origines de chacun, des histoires individuelles
et collectives cherche à rendre possible l’acquisition de savoirs nouveaux et
la recherche d’un savoir vivre ensemble.
La culture ne se limite pas aux rapports que chacun peut entretenir
avec des formes d’art pour donner un sens à sa vie, elle est aussi constituée
de pratiques sociales.
L’ensemble de ces pratiques révèle progressivement à chacun ses
capacités et ses potentialités, lui permettant de trouver une place dans son
environnement.
La culture est un espace privilégié pour tisser des rencontres, organiser
des confrontations et développer du lien entre les personnes.
Les sciences et la culture scientifique, les arts et les pratiques artistiques,
les médias et la maîtrise des cultures d’écran, l’environnement, l’expression
écrite et orale, l’interculturel, constituent des ressources indispensables
dans ce processus de construction d’une culture commune.

LA CULTURE
pour consolider la démocratie

Les « temps libérés » restent au coeur des enjeux de société. Les vacances et les
loisirs porteurs en principe d’émancipation et de découverte sont encore trop
souvent des temps envahis par la marchandisation des loisirs, le formatage des
pratiques culturelles qui alimentent la fracture entre ceux qui peuvent aisément
accéder à la diversité des offres culturelles et les populations « empêchées »...
Cette situation devient alors le creuset de l’incompréhension mutuelle voire
de la violence. La culture ne saurait se limiter à celle labellisée par l’Etat, ni à celle
propulsée par l’économie de marché. Les Ceméa agissent pour que l’accès aux
différentes formes de pratiques artistiques et culturelles reste possible pour tous.
Ce droit fondamental à la formation des personnes devient l’outil le plus sûr
pour garantir une démocratie où le citoyen ne se laisse pas écraser par le consommateur.

LES CEMÉA, un mouvement partenaire
des institutions culturelles

Agir aujourd’hui pour une démocratisation des pratiques culturelles nécessite la construction
de nouveaux liens avec les institutions culturelles et les professionnels de la culture. Les
lieux d’éducation peuvent travailler davantage avec leur environnement artistique dans la
complémentarité des compétences de chaque partenaire.
Les Ceméa mettent en place des formations à « l’accompagnement culturel » en direction
des acteurs éducatifs et culturels afin de développer des pratiques collaboratives. Ainsi se développent
des politiques territoriales qui proposent aux publics une chaîne cohérente d’activités
où chaque lieu et les équipes qui y travaillent, assument pleinement leur rôle et leur différence.

LES CEMÉA proposent des démarches
pédagogiques alternatives

Que ce soit dans le cadre de leurs formations ou de leurs pratiques de terrain, l’expérimentation
et l’analyse de cette expérience sont au coeur de la démarche proposée. L’objectif étant
que les savoirs et les savoirs faire restent toujours articulés avec du sens et avec ce qui se joue
pour les personnes. L’Éducation nouvelle est plus qu’une méthode, elle est une pratique qui
place « les pratiques d’activité » comme sources d’apprentissage, de réflexion, de rencontre avec
les autres, de découverte et de créativité.
Il s’agit d’accompagner des personnes dans un itinéraire culturel où chacun peut faire
co-exister le plaisir de savourer ce qu’il connait
déjà, avec le désir d’élargir le champ de son
expérience et de ses connaissances. Au coeur de
ce processus est placée « l’activité », véritable
mise en mouvement physique et psychique de
la personne. Cette expérience sensible permet à
chacun de mesurer la force que lui donne le fait
de redevenir acteur, et ré-active une mobilité
mentale et psychique qui illustre assez bien ce
que signifie « se cultiver ».

LES CEMÉA, un mouvement partenaire
des institutions culturelles

Agir aujourd’hui pour une démocratisation des pratiques culturelles nécessite la construction
de nouveaux liens avec les institutions culturelles et les professionnels de la culture. Les
lieux d’éducation peuvent travailler davantage avec leur environnement artistique dans la
complémentarité des compétences de chaque partenaire.
Les Ceméa mettent en place des formations à « l’accompagnement culturel » en direction
des acteurs éducatifs et culturels afin de développer des pratiques collaboratives. Ainsi se développent
des politiques territoriales qui proposent aux publics une chaîne cohérente d’activités
où chaque lieu et les équipes qui y travaillent, assument pleinement leur rôle et leur différence.

LES CEMÉA proposent des démarches
pédagogiques alternatives

Que ce soit dans le cadre de leurs formations ou de leurs pratiques de terrain, l’expérimentation
et l’analyse de cette expérience sont au coeur de la démarche proposée. L’objectif étant
que les savoirs et les savoirs faire restent toujours articulés avec du sens et avec ce qui se joue
pour les personnes. L’Éducation nouvelle est plus qu’une méthode, elle est une pratique qui
place « les pratiques d’activité » comme sources d’apprentissage, de réflexion, de rencontre avec
les autres, de découverte et de créativité.
Il s’agit d’accompagner des personnes dans un itinéraire culturel où chacun peut faire
co-exister le plaisir de savourer ce qu’il connait
déjà, avec le désir d’élargir le champ de son
expérience et de ses connaissances. Au coeur de
ce processus est placée « l’activité », véritable
mise en mouvement physique et psychique de
la personne. Cette expérience sensible permet à
chacun de mesurer la force que lui donne le fait
de redevenir acteur, et ré-active une mobilité
mentale et psychique qui illustre assez bien ce
que signifie « se cultiver ».

LES CEMÉA,
porteurs de projets culturels
en direction de tous les publics

Les Associations territoriales des Ceméa sont engagées, seules ou en partenariat
avec des régions, des collectivités territoriales, avec des institutions
culturelles, des lieux de création et de diffusion régionaux et nationaux, des
musées, des festivals régionaux ou nationaux, avec des associations d’Éducation
populaire et de solidarité, avec des services déconcentrés de l’État (Drac, Drpjj,
Rectorat) :
- dans des ateliers de découverte, de sensibilisation aux pratiques artistiques et à
la création contemporaine ;
- dans des parcours de spectateur en lien avec des programmations annuelles de
lieux de diffusion et de festivals ;
- dans du soutien au développement de pratiques amateurs : activités théâtrales,
danses contemporaines, activités plastiques, lectures et écritures, images et
vidéos, musiques actuelles ;
- dans la formation des animateurs, des éducateurs des personnels de l’Éducation
nationale et des médiateurs culturels.
Les Ceméa portent ce projet au festival Éclat d’Aurillac, aux rencontres photos à
Arles, dans le cadre du Printemps de la poésie, aux festivals de danse de Biarritz
et de Montpellier, au Printemps de Bourges, avec plusieurs propositions : accueil
et hébergement des publics, organisation de rencontres avec les artistes, ateliers
de pratiques d’activités, stages, séjours européens.
Au festival d’Avignon dont ils sont les partenaires historiques, les Ceméa mettent
en oeuvre trois types de séjours complémentaires :
- des séjours culturels pour des lycéens et des apprentis ; cette opération réalisée
en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et les Conseils régionaux
permet d’accueillir chaque année plus de 700 jeunes accompagnés par plus
de 80 enseignants.
- des séjours ateliers de pratiques théâtrales pour adolescents et adultes.
- des séjours construits autour de demandes particulières avec divers partenaires :
associations d’éducation populaire, services jeunesse, centres sociaux…

Présentation des Ceméa pour le festival d’Avignon



Charte POUR LA CULTURE DANS L’ÉDUCATION
(Poids : 384.6 ko - Format : PDF)


06/06/2013
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN