Pour apprendre, tous les temps sont nécessaires !

Communiqué du 2 juin 2017

Communiqué du 2 juin 2017 : Pour apprendre, tous les temps sont nécessaires !

Au terme de trois années de réflexion, de concertation, à l’initiative du ministre de l’Education
nationale Luc Châtel, poursuivies par son successeur Vincent Peillon, le code de l’éducation
rétablissait, en début d’année 2013, une semaine scolaire de neuf demi-journées réparties sur
cinq jours.

Cette nouvelle organisation revenait sur la semaine de quatre jours instituée en 2008, sans
concertation ni fondements éducatifs, la France étant le seul pays de l’OCDE à concentrer les
apprentissages scolaires sur un nombre de journées aussi réduit. Rétablir 5 matinées sur 5
jours, c’était prendre en compte les recommandations de l’Académie de médecine du 19
janvier 2010, celles du rapport de la conférence nationale de janvier 2011, celles de la mission
parlementaire présidée par Michèle Tabarot en 2010 également, mais aussi l’expression
majoritaire des enseignants sur les mauvaises conditions d’apprentissage provoquées par la
disparition d’une matinée de temps scolaire et les propositions de l’appel de Bobigny lancé par
plus de 80 associations et organisations nationales et 120 villes et collectivités.

Ainsi, donner la possibilité de revenir à quatre jours d’école reviendrait à ne pas prendre en
compte les données scientifiques de la chronobiologie qui sont les mêmes pour un enfant, où
qu’il vive.

De plus, en lien à la nouvelle organisation des temps scolaires, les collectivités ont répondu,
à plus de 90%, à l’incitation qui leur était faite de mettre en place des temps d’activités
périscolaires coordonnés dans les projets éducatifs de territoires pour plus de cohérence : 4
millions d’enfants en bénéficient chaque semaine.

Modifier une nouvelle fois l’organisation des temps scolaires, périscolaires et extrascolaires,
c’est ne pas reconnaître le rôle et la contribution des collectivités territoriales, des associations
et des parents eux-mêmes aux politiques éducatives de notre pays, à un moment où
l’éducation demande la mobilisation et la coopération de tous les acteurs.

L’Education a besoin de temps longs.
Les enfants ont besoin de tous les temps pour apprendre : à l’école, en famille et dans les
temps d’accueils et d’activités qui élargissent leur culture et contribuent à leur socialisation.
C’est un investissement essentiel pour que les enfants aient confiance en eux, dans les autres
et dans les cadres collectifs et communs.

Pour cela, scolaires, périscolaires et extrascolaires, tous les temps sont nécessaires.
Monsieur le Ministre, les enfants ont besoin de bons temps pour apprendre !

2 juin 2017


03/06/2017




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles