République Tchèque : Les colos dans la tradition, Cahiers de l’Animation n° 79 "Activité physique"

Article extrait des cahiers de l’animation n° 79 "Activité Physique", numéro à commander ici

En République Tchèque la fréquentation des colonies
de vacances s’inscrit dans une longue tradition et la plupart
des enfants participent au moins à une colonie de vacances d’été
par an. Les enfants et leur famille font leur choix parmi des propositions faites par
des associations, des centres de loisirs et des entreprises.

Avec le soutien
de nos
partenaires
de NDIM,
Gabriela
Kynclová
et Michaela
Tužilová
NDIM =
Národní
institut
d􀀀tí a
mládeže =
Institut
national
des enfants
et des jeunes
NIDM et les
Ceméa sont
partenaires
depuis plus
de dix ans.
Leur coopération
est soutenue
depuis
le départ,
dans le cadre
des protocoles
d’accord
bilatéraux
entre
la France et
la République
Tchèque.
Ce partenariat
revendique
un droit
au départ
pour tous et
une place
reconnue du
volontariat
dans la société.

Chaque année, plus de 200 000 enfants et jeunes participent
aux colonies de vacances organisées par près de 200
associations travaillant toute l’année auprès des enfants et
des jeunes. Certaines d’entre elles proposent des colonies
de vacances non seulement à leurs membres mais aussi à
un large public. Des centres de loisirs gérés par les autorités
communales, départementales et régionales organisent
également ce type de séjour. Le nombre de centres de loisirs
en République Tchèque est d’environ 300 et, chaque année,
sont organisées près de 2000 colonies pour 70 000 enfants.
Enfin, depuis le changement de système politique en 1990,
de nombreuses entreprises comme les agences de voyages,
mais aussi d’autres entreprises, se sont lancées dans l’organisation
de colonies de vacances.

LE PLUS SOUVENT LE SÉJOUR
SE DÉROULE SOUS LA TENTE

Par le passé, une colonie de vacances avait une durée de
trois semaines mais depuis une dizaine d’années elle ne dure
plus que deux semaines – surtout à la demande des parents,
mais aussi d’animateurs qui ont du mal à avoir suffisamment
de temps libre pour le travail dans les colonies. La plupart
des colonies se déroulent « sous tente » et typiquement
avec des tentes munies d’un soubassement en bois. Idéalement, on recherche un paysage qui n´est pas encore touché
par la civilisation, une forêt ou un pré, près d’une petite
rivière où il y a ni foule ni embouteillage.

UNE LONGUE PRÉPARATION EN AMONT
Avant le séjour, il faut d’abord gérer l’équipe de ceux qui
participent à la préparation. Cela représente pas mal de
démarches administratives comme envoyer une demande à
la municipalité du lieu de réalisation de la colonie, informer
la station régionale de l’hygiène, distribuer et ramasser des
formulaires d´inscription, composer les menus de la colo,
élaborer un budget ou organiser l’acheminement du matériel
nécessaire. Le groupe doit en même temps se concentrer
sur la création du programme qui est très souvent
fondé autour d’un jeu thématique qui se joue pendant
toute la colonie. Il faut se rencontrer régulièrement et tout
préparer suffisamment en avance. Des questions pratiques,
de technique et d’organisation sont abordées souvent dès
l’automne de l’année précédente. Au-delà de cette forme
classique, des séjours périurbains sont organisés à proximité
des grandes villes et très souvent les participants rentrent
chez eux pour la nuit. Les colonies de vacances organisées
par les entreprises disposent parfois de locaux et de bâtiments
pour le camping équipé de petits chalets.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)