LIMOGES : RENCONTRE NATIONALE DU RESEAU « JEUNE EN ERRANCE »
Former, informer proposer


Les jeunes en errance dite
« active » affirment avoir
choisi ce type de vie dans
une démarche de rupture
sociale construite. Ils sont
punks, zonards, traveller...
Les jeunes en errance dite
« territoriale », emportes
dans une dynamique
d’échecs et d’exclusion,
subissent l’errance et s’y
adaptent de façon à
survivre. Leur périmètre
d’action est souvent limité à
un bassin de vie au sein
duquel ils vont de structure
en structure sans sembler
vouloir ou pouvoir engager
de démarches de
stabilisation.


Article paru dans les quotidiens province "L’ECHO" du 25 novembre 2011

Chaque fin d’année les Ceméa organisent une rencontre nationale des correspondants du réseau."Les Ceméa sont un mouvement d’éducation populaire regroupant des personnes engagées autour de méthodes d’éducation active". Depuis hier et jusqu’à ce soir, une centaine de représentants de structures de réinsertion sociales participent à la rencontre nationale, organisée cette année à Limoges. Les participants ont centré leurs travaux sur deux axe : l’insertion alternative et logement.

Après Lorient l’an dernier c’est à Limoges que le réseau des Ceméa a choisi de réfléchir

Le sociologue François Chobeaux, responsables national de secteurs Social et jeunesses des Ceméa, et animateur du réseau professionnel national "jeunes en errance", est chargé d’animer ces journées. Il mène un travail sur question depuis des années . « Ces journées permettent
de parler des expérimentations
faites sur le réseau en
faveur des jeunes marginaux
ou en errance » précise Didier
Faydi, cadre socio-éducatif
au CHRS Augustin Gartempe
de Limoges. Ce CHRS
existe depuis 50 ans. Ce
centre accueille des familles
en difficulté. « NOMS disposons
de 102 places pour l’hébergement
d’insertion et de
quatre places pour l’hébergement
d’urgence » précise Didier
Faydi. Il explique que
depuis six ans le CHRS Augustin
Gartempe expérimente
l’accueil de jeunes marginaux.
« Nous avons dix
places au CHRS pour cela.
Nous y accueillons des
jeunes et leur chiens. Nous
leurs proposons un accompagnement social sur du long
terme.
’’ Les accompagnants
opèrent sur tous les champs
sociaux en faveur de leurs
protégés, que ce soit l’accès à
la santé ou encore l’accès au
RSA. « Nous ne forçons personne,
nous travaillons en
fonction des demandes de la
personne pour qu’à terme elle
reparte sur le choix de vie
qu’elle aura élaboré. Cela
peut aussi être un travail sur
l’estime de soi
 ». Cette expérimentation
comme toutes les
autres ont été examinées lors
de ces rencontres. Les travaux
de ces journées feront
l’objet d’une publication qui
sera diffusée dans le réseau
des Ceméa.

TEMOIGNAGES :

DAMIEN MARCHAND
ASSISTANT SOCIAL
LIMOGES « Un échange de savoir faire »

On n’a peu l’occasion de se retrouver
et d’échanger autour des questions
concernant les Jeune en errance.
Limoges est une ville où ce type de
population n’est pas très important
On connaît tout ces jeunes trés bien. S’il y a des nouveaux venus
généralement les « anciens » nous les présentent. A Limoges le
réseau fonctionne bien. Nous avons des solutions pour ces jeunes,
notamment gràce au CHRS Augustin Gartempe. Mais même si nous
avons des structures d’accueil, cela ne nous empêche pas d’être sur
des réflexions perpétuelles pour l’évolution de projets afin
d’améliorer la prise en charge de ce public.

JEAN LEVET
SOCIOLOGUE
LAROCHELLE « Faire le point sur les
différentes pratiques »

Je fait partie du comité scientifique
du réseau Jeune en errance. C’est utile
pour faire le point sur les pratiques
des travailleur ! sociaux et des
bénévoles. C’est Intéressant de voir
comment des, solutions sont proposées pour venir en aide au
public en grande précarité. C’est une sorte d’état des lieux de
toutes les Initiatives en différents endroits du territoire. Moi je
travaille avec l’association « Toit katatous » à La Rochelle, une
structure Issue du mouvement des Don Quichotte, composée de
gens de la rue et de bénévoles. L’association a beaucoup de mal à
exister par manque de moyens, elle n’est pas reconnue.

PASCAL POISOT RESPONSABLE
D’UN ACCUEIL DE JOUR POUR SDF
LORIENT « Cela permet de croiser
les expériences »

L’intérêt est multiple. Ces journées
permettent de t’informer de
l’avancée des travaux du réseau sur
l’ensemble du territoire.On voit peut être
plus les Jeunes en errance dans
les grandes villes, mais ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas en
zones rurale ! qu’ils n’y sont pas. Cela nous permet aussi de
rencontrer des collègues et de croiser nos expériences, de pouvoir
repenser nos moyen ! d’agir. L’ État ne répond pas à hauteur de
nos besoins financiers. Ce qui ne veut pas dire que ça impacte
toutes les structures, mali cela pose des questions auxquelles
nous devons répondre.




(Poids : 155.6 ko - Format : PNG)


25/11/2011
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN