L’école dans le projet associatif des CEMEA

Extrait portant sur l’Ecole du Projet associatif des CEMEA (Issu de notre congrès à Aix en Provence août 2010)


Développer et renforcer notre action dans, avec et autour de l’école, pour la réussite scolaire et éducative de tous

Une dimension politique et l’enjeu d’une amplification de notre action
Les Ceméa, mouvement d’éducation nouvelle, placent les questions liées à l’école au cœur de leur action car celle-ci est un lieu incontournable pour les apprentissages, l’éducation et la socialisation du plus grand nombre.

Ils inscrivent leurs actions dans le cadre du service public. Comme nous l’affirmons si l’école ne peut pas tout toute seule, on ne peut rien sans elle. C’est donc un objet d’engagement incontournable pour les militants des Ceméa. Il ne s’agit ni de s’enfermer sur l’unique temps scolaire, ni de réduire l’importance et la place du rôle de l’école, mais bien de nous situer dans et autour de l’école .

En effet, notre pays connaît encore plus aujourd’hui des débats intenses sur l’école et sur ses finalités, les Ceméa doivent faire des propositions et élaborer et énoncer clairement notre conception de l’école, de son fonctionnement, de ses relations avec ses partenaires pour une école « ouverte », en relation étroite avec l’ensemble de la communauté éducative.
Nous nous positionnons pour un grand service public national d’éducation qui intègre à la fois l’éducation formelle et l’éducation non formelle, qui prenne en considération tous les temps de l’enfant. Nous pensons que l’école publique laïque est un élément essentiel de ce service. Les associations laïques complémentaires de l’enseignement public sont des acteurs à part entière de la mise en œuvre de ce grand service public de l’éducation. Pour lutter contre les organismes exploitant à des fins marchandes et partisanes les nouveaux marchés du « soutien scolaire », nous contribuons à la formation des différents acteurs qui hors de l’école, aident à la réussite scolaire en référence à la charte de l’accompagnement éducatif. Les textes officiels nous permettent d’agir. Ayons le courage d’en dénoncer les dysfonctionnements, les freins à la réussite des élèves et ce, de manière incisive.

Il convient de renforcer et de développer les actions déjà entreprises : la formation des personnels, des délégués d’élèves, les interventions dans les dispositifs relais, dans les CEL, les journées d’étude, les regroupements nationaux internes… Les Ceméa s’appuient sur les enseignants détachés par le Ministère de l’Éducation nationale pour initier, animer, coordonner ces actions. Les collectivités territoriales sont les partenaires avec lesquels nous devons développer des relations et des coopérations régulières afin d’agir dans le cadre des projets éducatifs locaux. Elles sont un des acteurs du service public d’éducation.

La réussite scolaire et éducative est un impératif pour toutes nos actions et se pose en droit pour chacun à être formé en citoyen autonome et conscient du monde dans lequel il vit. Il s’agit pour l’élève, d’acquérir une culture qui l’accompagne dans le « vivre ensemble », d’accéder à son rythme, à un niveau de qualification qui lui permette d’agir dans la société. Le concept de réussite éducative, dont la réussite scolaire est un des éléments, doit s’opérer dans le cadre d’une mixité sociale. Nous sommes convaincus et nous le traduisons dans nos actions que l’environnement dans lequel évolue l’enfant est un facteur déterminant de sa réussite et qu’il faut travailler à en améliorer la qualité en contribuant à la réflexion sur les enjeux des territoires.

Une dimension de recherche pédagogique et de publication, en lien avec l’éducation nouvelle

Continuons à articuler recherche et pratique, et à être repérés comme un lieu de réflexion et de conceptualisation. C’est une des missions des Ceméa.

Notre recherche s’enrichit des théories déjà existantes. Nous devons nous confronter aux recherches universitaires, théoriser et expliciter nos pratiques et travailler sur des recherches actions. Nous devons Projet associatif des CEMÉA 2011-2015 poursuivre la démultiplication des lieux d’expérimentations d’innovation au sein du réseau. En fixant un objectif de partage et de socialisation à l’interne comme à l’externe, au travers de productions, d’outils pédagogiques .

Ainsi, en s’appuyant sur leurs résultats, faisons des propositions d’actions de formation en direction de tous les acteurs impliqués dans l’éducation de l’enfant et de l’adolescent, développons notre partenariat avec les associations d’éducation populaire, avec et aux côtés des collectivités territoriales, développons la diffusion de nos outils pédagogiques et de nos publications, créons des espaces de mutualisation et d’échanges de pratiques ouverts à l’ensemble de nos partenaires. Dans ce cadre et dans le contexte politique actuel, nous souhaitons réaffirmer notre attachement plus particulièrement à la formation initiale et continue des enseignants et des acteurs de l’école, conçue et agit comme une véritable formation professionnelle en alternance, alliant didactique et pédagogie. Pour cela, nous devons concevoir et organiser un (ou des) dispositif(s) internes permettant à nos militants de se préparer à y intervenir.

La création de groupes d’échange de pratiques permettra de diffuser les démarches d’éducation nouvelle, des pratiques et des expérimentations pédagogiques dans la classe, dans l’école. Ces groupes sont ouverts à des praticiens qui ne sont pas forcément des militants.

L’enjeu de la transmission, de l’appropriation de ces travaux, et au-delà de notre patrimoine, se pose tout autant que l’enrichissement de celui-ci. Pour diffuser nos propositions, nos actions et en décupler l’impact, il nous faut mobiliser autour d’elles les publics concernés en nous adressant à eux.

Publier et donc laisser trace, au cœur du débat public, est essentiel pour la démultiplication et la reconnaissance des travaux pédagogiques des Ceméa.

La capacité à publier fonctionne aussi comme un lien d’appartenance au mouvement Ceméa, elle joue une fonction d’identification, de réinvestissement et d’interactivité des pratiques pour l’ensemble des militants des Ceméa. Elle participe à l’évolution et au développement. La circulation des idées est une condition à l’existence de pratiques communes.

Parce que l’Education Nouvelle reste un enjeu fort pour démontrer qu’une autre éducation est possible, il nous faudra alors avec les mouvements pédagogiques amis et plus largement au sein de collectifs comme le CAPE, affirmer que l’action éducative est intégratrice et non excluante, et ensemble organiser des Assises de l’Éducation Nouvelle sur l’école qui permettront de résister collectivement face à l’institution scolaire telle qu’elle est aujourd’hui et de proposer une / des alternatives.

Cela nous permettra de faire connaître nos positions sur les grands sujets qui traversent l’école, comme celui de l’Évaluation, sur la place des parents, sur les rythmes, sur la continuité éducative entre ce que les enfants et les jeunes vivent avant l’école, dans l’école et après l’école… , sur la nécessité de partenariats avec les collectivités territoriales. Pour faire de l’éducation un enjeu partagé.

Cela nous permettra de revendiquer, d’affirmer des ambitions éducatives et politiques, de montrer que des pratiques portées par les Ceméa peuvent être des réponses adaptées aux problématiques scolaires d’aujourd’hui.

Finaliser et diffuser notre projet pour l’école

Pour être fort en termes de propositions, notre projet pour l’école dans la société doit être actualisé en permanence. Il doit être largement communiqué en s’appuyant sur tous les militants, sur tous nos partenaires dont les organisations syndicales, à travers les actions quotidiennes mais aussi lors de manifestations plus ponctuelles. Ce projet sur l’école, en lien avec notre projet associatif, précise clairement l’école que nous voulons, tant dans ses finalités que dans ses organisations et ses modes de fonctionnement.

Ce projet, pour réussir, réunit certaines conditions, notamment :

- La remise à plat de la structure même et du fonctionnement de l’école qui est une première condition de réussite : pour nous, c’est un projet de transformation de l’école conçu à partir d’une réflexion sur les missions et les programmes de l’institution scolaire.

- La non-limitation à une vision trop stricte du temps scolaire : ce projet sur l’école explicite la manière dont nous concevons certaines problématiques éducatives qui vont au-delà de la classe et de l’établissement, par exemple, le travail en équipe, les relations entre l’école et les parents, l’articulation du temps scolaire et du temps périscolaire. Le projet que nous voulons pour l’école doit éviter deux pièges : la centration exclusive sur le périscolaire ; la centration sur les didactiques.

- L’élaboration d’une démarche d’analyse rigoureuse. Pour ce faire, notre projet n’est pas uniquement élaboré en interne. Nous échangeons nos analyses avec d’autres partenaires (mouvements pédagogiques, syndicats, partis politiques) et nous sollicitons en permanence, des compétences extérieures (sociologues, historiens de l’éducation, chercheurs en sciences de l’éducation).

- La mobilisation d’acteurs diversifiés. L’école n’est pas seulement l’affaire des militants qui sont enseignants : elle est l’affaire de tous les militants. La pertinence d’un projet des Ceméa sur l’école appelle la pluralité de nos regards sur l’éducation.

- L’intégration de la dimension européenne et internationale.

Accompagner et soutenir les militants de terrain

Nous constatons, sur le terrain, des besoins et des manques évidents, par exemple dans les difficultés des enseignants à établir avec les parents des relations constructives, ou encore dans celles des acteurs du périscolaire à mener à bien leur mission éducative. Nous constatons que la cohérence éducative à laquelle nous aspirons est, dans les faits, une vraie difficulté pour les acteurs éducatifs. Or, nous n’acceptons pas ce décalage entre ce que nous portons dans les discours et dans les formations, et les réalités sur lesquelles viennent buter les acteurs. Nous agirons sur ce point par l’accompagnement des acteurs éducatifs. Cela permettra d’analyser les situations, d’aider à trouver des réponses éducatives, de soutenir l’expérimentation de nouvelles pratiques, de les mutualiser et de les modéliser.

Notre récent Congrès National réaffirme l’attachement des Ceméa à l’école par la nécessaire mise en place d’espaces de confrontation et d’échanges sur les pratiques. Parce que l’école est souvent au cœur des problématiques sociétales, les militants des Ceméa, comme les enseignants dans leur ensemble, doivent pouvoir trouver aux Ceméa les moyens de mise en expérimentation sur des objets propres à l’école. Pour cela, il faut redynamiser au sein du secteur « Ecole », un groupe national qui mutualise et valide des démarches de recherche, qui organise des rassemblements thématiques, qui crée les conditions pour permettre des espaces de rencontres, d’échanges et d’analyse sur les pratiques, et qui met à disposition l’ensemble des productions des Ceméa sur l’école, à tous les militants.


02/01/2012


Extrait du projet associatif des CEMEA portant sur l’école
(Poids : 91.3 ko - Format : PDF)

La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN